Déclarations d'Agnès Buzyn sur le coronavirus : "L’heure n’est pas à la polémique, l’heure est à gagner la guerre", estime le ministre de l'Agriculture

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Je suis partie en sachant que les élections n'auraient pas lieu", a déclaré l'ex-ministre de la Santé dans le journal Le Monde.

Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a affirmé mardi 17 mars que "l’heure n’était pas à la polémique, l’heure est à gagner la guerre" après les déclarations de l’ancienne ministre Agnès Buzyn dans Le Monde, qui a affirmé avoir averti dès la fin du mois de janvier le président de la République et le Premier ministre du risque de devoir annuler les élections.

"L'heure n'est pas à la polémique. L'heure est à gagner la guerre. Il n’y a personne en face. Ce n'est pas un front. La guerre, c’est cette maladie. Il faut gagner la guerre", a-t-il martelé.

"Lorsque j'entends le président de la République, la mesure est prise"

Le ministre a assuré que l’exécutif a pris les décisions qu’il fallait dans cette crise du coronavirus : "Il faut savoir qu'il y a des risques, que ces risques ont été jugés et qu’en fonction de ce qu'ont dit les scientifiques, les chefs d'État et de gouvernement ont pris leurs responsabilités ", a-t-il assuré.

"Le président de la République a pris ses responsabilités en fonction de ce qu'il lui disait les scientifiques, les épidémiologistes, les médecins. Lorsque j'entends Olivier Véran, lorsque j'entends le professeur Salomon, qui est le directeur général de la santé, le président de la République, la mesure est prise", a-t-il affirmé.

Vous êtes à nouveau en ligne