Covid-19 : "Un confinement dont il faudra définir les contours est probablement inéluctable", pour le député de Savoie Patrick Mignola

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Nous sommes aux portes d'un nouvel emballement. Dans ces conditions, définissons un confinement", affirme sur franceinfo l'élu consulté en visioconférence par le Premier ministre Jean Castex.

"Un confinement dont il faudra définir les contours est probablement inéluctable", a déclaré jeudi 28 janvier sur franceinfo Patrick Mignola, le président du groupe MoDem et Démocrates apparentés à l'Assemblée nationale, et député de Savoie. Il faisait partie de ces élus et présidents de groupes parlementaires consultés en visioconférence par le Premier ministre Jean Castex.

>> Retrouvez toutes les infos sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

"L'annonce principale, c'est que ce sont l'Assemblée nationale et le Sénat qui auront à se prononcer sur un éventuel reconfinement", a dit Patrick Mignola. À la question de savoir quand aurait lieu le débat et le vote au Parlement, le président du groupe MoDem et Démocrates à l'Assemblée nationale a répondu que cela aurait lieu "en début de semaine, lundi ou mardi, c'est le plus probable".

"La responsabilité ultime, elle est prise par le président de la République. Il s'exprimera quand il considérera qu'on a défini les bonnes règles pour les Français."

Patrick Mignola

à franceinfo

Patrick Mignola a également estimé que le débat n'était plus de savoir s'il y aurait un confinement, mais quand et quelles seront ses modalités : "Il faut se dire les choses. Nous sommes aux portes d'un nouvel emballement. Dans ces conditions, définissons un confinement". Selon l'élu MoDem, lors de la réunion avec le Premier ministre, "chacun [élu, responsable politique] a dit que les écoles devaient rester ouvertes, qu'on est tous attachés au travail : on est probablement arrivés à détacher quelques éléments de consensus."

Les vacances scolaires au cœur des discussions

Autre sujet qu'il faudra trancher selon Patrick Mignola, la question des vacances scolaires de février : "Première question, est-ce qu'on les tient sur deux semaines, sur trois semaines ?", a-t-il lancé, avant d'évoquer la question de l'ouverture des commerces non-essentiels et des déplacements en région. "Que va-t-on faire pour les commerces qui ne sont pas de première nécessité ? Que va-t-on faire pour les déplacements entre les régions, entre les départements ou sur des périmètres limités ? On doit répondre à ces trois questions", a-t-il dit.

Enfin, interrogé sur la hausse du nombre de variants, Patrick Mignola a évoqué leur "développement exponentiel" et la nécessité dans la semaine à venir de prendre "des décisions difficiles. Prenons-les, prenons-les ensemble et probablement à la lumière de ce qu'on a vu du confinement du printemps et du confinement de l'automne", a-t-il lancé.

Vous êtes à nouveau en ligne