Covid-19 : Julien Bayou dénonce un président "omniscient" qui décide sans "consulter le Parlement", avant l'allocution d'Emmanuel Macron mardi

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les chefs de partis et des groupes parlementaires ont été consultés vendredi par le Premier ministre. Mais, Jean Catsex n'a pas apporté de "réponses définitives" car c'est Emmanuel Macron qui "décide de tout", a déploré le secrétaire national d'EELV.

Emmanuel Macron doit s'exprimer mardi 24 novembre sur la situation sanitaire du pays et sur une éventuelle réouverture des petits commerces, Julien Bayou, secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts, dénonce vendredi 20 novembre sur franceinfo un président "omniscient" qui décide "sans consulter le parlement". Les chefs de partis et des groupes parlementaires ont été consultés vendredi par le Premier ministre, qui n'a pas apporté de "réponses définitives", parce que "malheureusement, dans notre République, il y a un homme providentiel et c'est une personne qui décide de tout", regrette le secrétaire national des Verts pour qui "cette situation illustre les carences et les failles de notre modèle démocratique".

franceinfo : Vous avez assisté à une visioconférence avec Jean Castex et d'autres chefs de partis et de groupes parlementaires sur la situation sanitaire. Avez-vous appris quelque chose ?

Écoutez, on a eu des clarifications, notamment sur le fait que la situation s'améliore très lentement, mais s'améliore tout de même. C'est un motif d'espoir et pour ça, il faut remercier à nouveau le personnel hospitalier qui est en première ligne. Et puis, les efforts consentis par les Françaises et les Français. Pour nous, ce confinement a été rendu nécessaire du fait d'un défaut d'anticipation du gouvernement. Le Conseil scientifique avait prévu dès le mois de juillet qu'une deuxième vague était possible mais sur les écoles, les transports, le télétravail, le gouvernement était finalement un peu dans le déni.

Néanmoins, nous nous tenons à ce confinement. C'est dur pour tout le monde. Et là, le ministre de la Santé laisse entrevoir une amélioration. Le Premier ministre, je crois, ne veut pas prononcer le terme de déconfinement, pour ne pas rééditer l'erreur du mois de juin et donc parle d'un confinement qu'il dit adapté par palier, qui conduirait à pouvoir rouvrir, par exemple, les petits commerces ou les lieux de culte à partir du 1er décembre.

Justement, est ce que le Premier ministre vous a donné des informations réouverture des commerces non alimentaires ou les cafés restaurants ?

Mais vous savez que malheureusement, dans notre République, il y a un homme providentiel et c'est une personne qui décide de tout, et c'est Emmanuel Macron ! Aussi puissant que soit le Premier ministre, il s'abstient de donner quelques réponses définitives. Cela dit quand même beaucoup de l'état de notre démocratie. Vous avez une personne qui est soit disant omnisciente et qui décide de tout après avoir non pas consulté le Parlement, mais son Conseil de défense. Vraiment, je trouve que de plus en plus, cette situation illustre les carences et les failles de notre modèle démocratique.

Qu'est-ce que vous réclamez ?

Nous réclamons des mesures sociales, notamment pour les plus jeunes, le RSA pour les moins de 25 ans, une revalorisation des minima sociaux. Et sur tous ces sujets, évidemment. Le Premier ministre dit : "Je prends bonne note", mais on sait bien que ce n'est pas lui l'oracle. C'est le Président qui parlera à la population entière. On a vraiment un sujet, je crois, avec cette notion de la République présidentielle où c'est un homme providentiel qui est censé chausser les bottes du général de Gaulle, comme si on pouvait être à sa hauteur en 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne