Covid-19 : "Je souhaite qu'on maintienne des couvre-feux, si on peut éviter le confinement, c'est toujours mieux", estime le député LR Damien Abad

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le président du groupe LR à l'Assemblée nationale souhaite que le gouvernement "puisse rendre des comptes" au Parlement tous les deux mois au sujet des restrictions liées à l'épidémie de Covid-19.

"Je souhaite qu'on maintienne des couvre-feux", a affirmé lundi 11 janvier sur franceinfo le député LR de l'Ain Damien Abad, président du groupe LR à l'Assemblée nationale, alors que Jean Castex a déclaré que "dans l’absolu, le confinement n’est pas exclu en dernier recours". Après une réunion organisée en visioconférence lundi avec les groupes parlementaires, le Premier ministre a estimé que "les chiffres à ce jour nous laissent à penser que le couvre-feu suffit". S'il plaide pour le maintien des couvre-feux, Damien Abad demande "au gouvernement plus de clarté sur la réalité de la propagation de la circulation du variant britannique".

"Tout faire pour éviter un reconfinement"

Le président du groupe LR rappelle que la France fait "peu de séquençage" du virus. "Donc on n'a pas beaucoup d'informations sur la réalité de cette circulation. Il nous faut ces éléments là pour prendre les mesures qui sont les plus adaptées." Pour le député, "si on respecte le couvre-feu, si on peut éviter le confinement, c'est toujours mieux parce que le confinement a des conséquences économiques, sociales et psychologiques absolument désastreuses, et ce, d'autant plus que ça dure depuis longtemps maintenant".

Damien Abad considère que "rien n'est à exclure", même un couvre-feu national à 18h. "Tout dépend de la circulation du variant britannique." Ce variant a "une transmission et une contagiosité extrêmement forte", affirme l'élu LR. On n'est donc pas "à l'abri d'une circulation renforcée du virus en France". Le patron des députés LR veut "accélérer" la campagne de vaccination et appelle à "une vigilance renforcée avec des couvre-feux à 18 heures dans les départements les plus touchés. Mais il faut tout faire pour éviter un reconfinement".

"On piétine le Parlement"

Un débat parlementaire aura lieu dans les prochains jours sur la prorogation de l'état d'urgence jusqu'au 1er juin. Pour Damien Abad, "c'est trop lointain. On ne peut pas, comme ça, vivre en état d'urgence permanent". Il plaide pour une "clause de revoyure".

"On ne peut pas, pendant six mois, mettre entre parenthèses le Parlement."

Damien Abad

à franceinfo

Le député de l'Ain admet comme "une évidence" qu'il va falloir "certainement prolonger l'état d'urgence sanitaire, compte tenu de la situation sanitaire de notre pays, au-delà du 16 février". Mais il demande que soit organisée "cette clause de revoyure, que tous les deux mois on puisse rendre compte au Parlement". Le patron des députés LR estime qu'"aujourd'hui, on piétine le Parlement et du coup, avec cet état d'urgence sanitaire permanent, on donne les pleins pouvoirs au gouvernement. Que le gouvernement ait les moyens d'agir, oui. Mais qu'il contourne le Parlement, non".

Vous êtes à nouveau en ligne