L'Instant T de Philippe Charlier , "médecin des morts"

FRANCEINFO

  Cadavres frais, momies, squelettes entiers ou fragments d'os, restes d'organes, de cheveux... Voilà son univers…. Son job ?? Donner un âge, un sexe aux défunts, déterminer les causes de leur mort, les maladies dont ils ont souffert. Une certaine façon de rendre leur humanité à ceux qu’il appelle « ses patients » ….  Philippe Charlier est médecin légiste, mais aussi anthropologue et paléopathologue

 

Cadavres frais, momies, squelettes entiers ou fragments d'os, restes d'organes, de cheveux... Voilà son univers….

Son job ?? Donner un âge, un sexe aux défunts, déterminer les causes de leur mort, les maladies dont ils ont souffert. Une certaine façon de rendre leur humanité à ceux qu’il appelle « ses patients » ….

 Philippe Charlier est médecin légiste, mais aussi anthropologue et paléopathologue. Son  Instant T c’est la naissance de sa vocation : Il a 7 ans et visite en famille le site de Pompeï. Là où en l’an 79 l’irruption du Vésuve a engloutie la ville romaine. Le jeune Philippe tombe nez à nez avec d’étranges statues:

Des corps modelés par les nuées ardentes et les cendres.

Sur son compte Twitter il note:

"Mes patients c’est vous (bientôt), Agnès Sorel, Diane de Poitiers, Henri IV, Richard Coeur de Lion, etc." . On pourrait ajouter Adolf Hitler ou Sainte Bernadette. D’ailleurs il vient de publier un nouveau livre : « Autopsie des morts célèbres » aux éditions Le Tallendier.  Il évoque ses patients célèbres : Le roi Henri IV dont l’etat de santé était déplorable : cholestérol, abcès dentaires atroces, cataracte; Agnès Sorel : au 15e siècle elle est  la favorite du roi de France Charles VII, considérée comme la plus belle femme de France et décédée Dcd si jeune du fait d’une intoxication au mercure. Le travail de Philippe Charlier permet aussi de comprendre l’origine de la mort de Diane de Poitier, maîtresse du roi de France Henri II morte en 1566 à l'âge de 66 ans! 

« Dans mes patients, je vois leur vie. Comme des livres ouverts » explique le médecin  : « Un squelette qui tombe en poussière, c’est comme une bibliothèque qui brûle ». Ses patients illustres étaient des privilégiés et pourtant ils apparaissent en très mauvaises santé !

L’instant T c’est aussi un point de vu, une expertise.

Philippe Charlier s’ intéresse aussi à l’organisation de l’après …  la façon dont nous gérons nos morts. Selon lui notre société occidentale se défit des morts: il s’intéresse aussi au respect dû aux morts, quel que soit ce qu'il en reste. Des thématiques qui entrent tout à fait dans le périmètre de son nouveau poste: Philippe Charlier vient d’être nommé directeur du département de la recherche et de l’enseignement au Musée du quai Branly ! 

Vous êtes à nouveau en ligne