VIDEO. Elisabeth Moreno, PDG de Lenovo, sur la chute du cours, "Nous ne sommes pas associés à l'affaire des micro-puces mais directement impactés"

franceinfo

Invitée de Jean-Paul Chapel, Elisabeth Moreno, PDG de Lenovo réagit sur la chute de Lenovo en bourse à cause des soupçons d'espionnages chinois sur des ordinateurs américains par le biais de micro-puces. 

"Nous ne sommes absolument pas associés à cette affaire. Pour l'instant, on ne parle que de supputation et les entreprises qui sont concernées comme Amazon ou Apple ont immédiatement dénié ces informations" réagit Elisabeth Moreno aux soupçons d'espionnage chinois. Ils auraient inséré des micro puces dans des ordinateurs américains. A ce stade, le gouvernement chinois dément. La présidente de Lenovo France ajoute : "Il n'empêche que nous sommes un groupe international et chinois. Nous sommes directement impactés parce que plus de 30% de nos activités commerciales se passent aux Etats-Unis". Les américains sont-ils dépendants de la technologie chinoise ? "Oui. Aujourd'hui, plus de 80% des ordinateurs sont fabriqués en Asie. La plupart des acteurs devraient être impactés par ce sujet là. Lenovo est, peut-être, plus visible que les autres." 

La question AFP : "Sur le marché déjà très encombré du téléphone mobile, comment Lenovo espère trouver sa place entre Apple, Samsung et Huawei ?". Elisabeth Moreno répond :  "Les téléphones ont pris une grande place dans nos vies. On en a besoin en permanence. Est-ce que le marché du smartphone est encombré ? Oui ! Pour autant, est ce que cela nous interdit de tenter notre chance ? Non ! Et c'est pour cela que nous avons fait l'acquisition de Motorola". 

Elisabeth Moreno fait partie des 15% de femmes qui ont un poste de direction en France : "J'ai dû travailler et me battre pour pouvoir trouver ma place". L'interview s'est achevée en chanson avec "Dommage" de Big Flo & Oli. 

Vous êtes à nouveau en ligne