VIDÉO. Nadège Plou : “Il y a aujourd’hui 60 000 postes non pourvus en France d’aide-soignants et d’auxiliaire de vie à domicile"

Nadège Plou, directrice des ressources humaines France du groupe Korian, était l'invitée de :l'éco ce vendredi 12 juin 2020.

Nadège Plou, directrice des ressources humaines France du groupe Korian, explique que son secteur recrute. “Nous recrutons plus de 4 500 personnes sur la totalité de nos métiers en France. Dont la moitié pourvue pour les métiers du soin, notamment d’aide-soignants, sur l’ensemble des 400 établissements en France.

Mais Nadège Plou évoque “des métiers qui sont, aujourd’hui, pas suffisamment connus”. “On a un sujet sur l’attractivité des métiers du grand âge. Il y a aujourd’hui 60 000 postes non pourvus en France d’aide-soignants et d’auxiliaire de vie à domicile. Et il y a 20 000 places de formation en France, donc il est nécessaire de trouver d’autres moyens de formation. Nous venons d’ouvrir notre premier Centre de formation d’apprentis (CFA) sur les métiers du soin pour justement amener les jeunes de moins de 29 ans à pourvoir ces postes d’aide-soignants en France.

Nadège Plou est revenue sur le sujet de la revalorisation salariale de ces métiers. “C’est un vrai sujet que nous avons travaillé chez Korian depuis l’année passée avec les partenaires sociaux. On a construit un nouveau contrat social avec des grilles de rémunération qui sont bien au-delà des rémunérations du marché. Il faut poursuivre la longue route du dialogue social. Nous venons d’ouvrir des négociations sur le dialogue social pour pouvoir encadrer sept négociations dont une sur les salaires.

Concernant les plaintes déposées, reprochant un manque d’encadrement ou le non-respect des gestes barrière pendant l’épidémie, Nadège Plou parle d’“un problème judiciaire”. “On donnera toutes les informations requises par la justice pour pouvoir faire son oeuvre en la matière. Le sujet est plus large que ça, il dépasse bien la problématique de Korian par rapport à la gestion de la crise. Cette question doit être traitée par la justice directement. Dans le monde du grand âge, les choses ont changé depuis ces dernières années avec des personnes qui sont de plus en plus fragilisées, et qui demandent un accompagnement spécifique. Ce n’est pas un sujet nouveau. Ça doit être aussi porté par une loi grand âge que nous appelons de nos voeux. Je m’en remets aujourd’hui aux services du gouvernement pour pouvoir aller plus loin, suite notamment au plan d’attractivité des métiers du grand âge, qui a été travaillé par Myriam El Khomri et son équipe en fin d’année dernière. Il y a un certain nombre de mesures qui devraient être mises en place pour nous permettre de continuer à accompagner au mieux et avec qualité ces personnes fragilisées.

Vous êtes à nouveau en ligne