Fabrice Le Saché (MEDEF) : "Si on alimente l’inflation en augmentant les salaires, personne ne sera satisfait"

Fabrice Le Saché, Vice-Président du Medef, était l’invité de Jean-Paul Chapel ce mercredi 18 mai sur Franceinfo.

Le Vice-Président du MEDEF, Fabrice Le Saché, est revenu sur la nomination d’Elisabeth Borne en rappelant une collaboration qui avait abouti selon lui à des réussites lors du précédent quinquennat : "Sur le chômage, qu’on a réussi à faire baisser, sur le nombre d’alternants, d’apprentis, on a fait face à des crises très graves, je pense qu’on a eu quelques succès". Il appelle à ne pas abandonner la politique de l’offre qui permettrait d’après lui de relocaliser, d’investir et d’avoir de l’emploi et de la croissance.

Si cette dernière a été mise à mal par l’inflation que Fabrice Le Saché explique par des tensions géopolitiques, des carnets de commandes pleins via le plan de relance ainsi que le prix du carbone, la poursuite de la hausse des salaires pourrait l’aggraver. "Si on augmente les salaires, mais que cette augmentation est mangée par l’inflation qui continue, qu’on alimente l’inflation en augmentant les salaires, personne ne sera satisfait" estime Fabrice Le Saché. Le Vice-Président du MEDEF préconise plutôt de lutter en priorité contre les prix élevés du logement qui représenteraient 38 % d’un panier d’un ménage en construisant beaucoup plus : "Ça fait 5 ans qu’on en parle (…), c’est quand même un budget qui est énorme pour les ménages". Il a évoqué également la proposition du MEDEF concernant l’élargissement ou l’assouplissement de l’indemnisation kilométrique pour éviter que les salariés perdent de l’argent en venant travailler.

Fabrice Le Saché a par ailleurs abordé le tassement des grilles de salaires avec la hausse automatique du SMIC : "Ça écrase la grille des salaires". Il poursuit : "Le problème, c’est qu’on parle des salaires qui sont un peu au-dessus qui se retrouvent aussi écrasés , ces salaires un peu au-dessus, il y a eu très peu de baisse de cotisation". D’après lui, cette baisse des cotisations devrait aussi concerner les salaires des cadres : "Il faut qu’on puisse bien rémunérer des ingénieurs, des cadres (…) des techniciens supérieurs etc…". La question pourrait selon Fabrice Le Saché, figurer dans la feuille de route de la nouvelle Première Ministre.

Vous êtes à nouveau en ligne