Francis Palombi (CDF) : "Amazon nous provoque et nous déclare la guerre"

Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France et porte-parole du collectif "Sauvons nos commerçants", est l'invité de Jean-Paul Chapel dans la matinale de France Info.

Alors que le début des soldes a été repoussé au 30 juin, Amazon a décidé de maintenir ses opérations promotionnelles les 21 et 22 juin prochains. Une décision que n'accepte pas Francis Palombi : "Nous sommes très en colère car nous subissons alors que nous sortons tout juste d'une crise inimaginable. Amazon nous provoque et nous déclare la guerre." Il appelle les consommateurs à ne pas acheter sur le site en ligne et souhaite que "l'Etat remette les pendules à l'heure sérieusement". Cependant, Alain Griset, ministre en charge des PME leur a fait part de "l'impuissance" de l'exécutif qui ont eu comme réponse de la part du directeur France d'Amazon un "non catégorique" à l'idée de repousser l'opération. 

Les soldes permettent des ventes à perte mais le président de la Confédération des commerçants de France doute qu'Amazon respecte les règles. Tout comme il déplore "le vide juridique" qui existe sur la règlementation des entrepôts de vente.

Amazon se défend en indiquant que son service permet à des milliers de PME françaises d'accéder à leurs 200 millions de clients. "C'est une posture, rétorque Francis Palombi. Il y a des commissions très élevées et jusqu'à présent, ils échappaient à la TVA. Cela change au 1er juillet, c'est pourquoi ils avancent leurs soldes au 21 et 22 juin. Il y a beaucoup de calculs derrière cette décision d'Amazon.

Vous êtes à nouveau en ligne