Karim Soleilhavoup (Logis Hotels) sur le tourisme : "Les Français ont redécouvert la France".

Karim Soleilhavoup, Directeur général du Groupe Logis Hotels était l’invité de Jean-Paul Chapel ce mardi 26 avril sur Franceinfo.

Karim Soleilhavoup, Directeur général du Groupe Logis Hotels et invité de Jean-Paul Chapel ce mardi sur Franceinfo, annonce que 2022 sera une année record pour le secteur du tourisme : "On va terminer des vacances de Pâques qui sont déjà à +19 % par rapport à 2019". Les prévisions pour cet été sont également optimistes : "A date, les réservations sont à plus 40 % par rapport à 2019". Le panier des Français en vacances augmente de 17 %, mais cela ne serait pas lié à la hausse des prix mais plutôt à "une clientèle française qui veut retrouver de catégories d’établissement haut de gamme ou des chambres familiales, puis sur les vacances de Pâques, on a un petit effet des vacances au ski, on sait que ce sont des paniers plus important".

Les 2/3 des Français qui partent en vacances chaque année ont en tout cas privilégié des destinations françaises après le COVID : "Les Français ont redécouvert la France" explique Karim Soleilhavoup. Avec des effets sur l’économie locale et sur certaines régions : "PACA, qui a une croissance de plus de 50 % par rapport à 2019 (…) une grande gagnante, Auvergne Rhône-Alpes cet été". D’après le directeur général du Groupe Logis Hotels, la clientèle européenne revient, mais pas les clients "longs courriers" : "Ce retour de la clientèle européenne fait aussi le bonheur de Paris Ile-de-France qui en avait beaucoup besoin". Karim Soleilhavoup remarque que le type d’hébergement a par ailleurs changé : "Ce sont des hébergements loin du tourisme de masse, des hébergements qui sont engagés dans l’économie locale, qui vont faire vivre les vignerons indépendants locaux, qui vont faire vivre les maraîchers locaux, les fromagers, qui vont développer l’emploi local".

Le PDG du groupe Logis Hotels est également revenu sur les pénuries d’emploi dans les secteurs de l’hôtellerie-restauration. Elles sont particulièrement fortes pour les saisonniers qui représentent 10 % des recrutements : "Il y a un vrai sujet d’attractivité des métiers de l’hôtellerie et de la restauration". Pour faire face à cela, Karim Soleilhavoup cite deux enjeux, « donner du sens » notamment sur la transition écologique, et "donner de la visibilité sur les potentiels d’emploi". Pour ce dernier enjeu, il cite 545 emplois à pourvoir dès maintenant dont certains en CDI : "Des gouvernantes, des femmes de chambre, des réceptionnistes, des seconds de cuisine, des serveurs, des directeurs d’établissement".

Karim Soleilhavoup souligne que pour convaincre des nouvelles recrues de rejoindre le secteur, il faut "montrer que c’est un secteur d’avenir (…) qui s’internationalise". Il cite aussi des perspectives pour devenir entrepreneur et rejette l’idée reçue selon laquelle les salaires du secteur seraient insuffisants : "Comme on a des difficultés de recrutement, la plupart des chefs d’entreprise sont bien au-dessus de ces grilles de salaires" affirme-t-il avant de conclure : "Il faut absolument casser cette image".

Vous êtes à nouveau en ligne