Alain de Mendonça (Promovacances-Fram) : "Seul un Français sur deux a la chance de partir en vacances"

Alain de Mendonça, Directeur général de Promovacances-Fram, était l’invité de Jean-Paul Chapel ce mardi 21 juin sur FranceinfoTV.

Les réservations pour Promovacances ont flambé après deux ans de COVID. Alain de Mendonça, Directeur général de Promovacances-Fram et invité de Jean-Paul Chapel ce mardi, annonce une progression des réservations pour le groupe de 30 à 50 % par rapport à 2019. S’il note une croissance des départs, il souligne néanmoins que les vacances restent un luxe, beaucoup de Français ne pouvant pas s’en payer : "Seul un Français sur deux a la chance de partir en vacances". La proportion serait encore plus faible pour les Français partant à l’étranger. Alain de Mendonça estime celle-ci de 20 à 30 %.

Parmi les destinations, sont privilégiés le Sud de la France, la Bretagne et la Normandie. À l’étranger, l’Italie, la Grèce, l’Espagne, mais aussi la Tunisie marqueraient les réservations. Pour cette dernière : "Ça reste la destination la plus abordable en termes de prix" explique Alain de Mendonça. Avec 700 euros par personne tout compris pour une semaine en Tunisie, le prix reste toutefois élevé. Plus globalement, les hausses du pétrole, du dollar, des prix de la nourriture, mais aussi les tensions liées aux pénuries de main d’œuvre dans le secteur du tourisme, font monter les coûts et feraient augmenter les tarifs d’environ 5 à 10 % par rapport à l’année dernière. Ce qui correspondrait, selon le Directeur général de Promovacances-Fram, plus ou moins aux chiffres de l’inflation.

Alain de Mendonça a également donné deux conseils pour les Français qui s’apprêtent à partir cet été : "Réserver tôt pour avoir les dernières bonnes affaires et partir tôt à l’aéroport". En effet, les délais lors des contrôles des bagages augmentent, avec parfois 1 h 30 d’attente. "Il faut arriver plus que jamais au moins deux à trois heures avant le début du vol" recommande Alain de Mendonça. Les difficultés pourraient par ailleurs s’aggraver avec des grèves cet été. "On espère qu’elles ne seront pas très nombreuses" souhaite le Directeur général de Promovacances-Fram. Il n’est cependant pas inquiet de la résurgence du COVID : "Je ne pense pas que ça empêche les Français de partir à l’étranger, parce que ça fait deux ans qu’ils attendent de partir en vacances".                                                            

Vous êtes à nouveau en ligne