Muriel Pénicaud ("Pousser les murs") : "Sans quotas dans les conseils d'administration des entreprises, nous n'aurions pas progressé"

Muriel Pénicaud, auteur de "Pousser les murs" aux éditions de l'Observatoire, ancienne ministre du Travail et représentante permanente de la France auprès de l'OCDE, est l'invitée de Jean-Paul Chapel dans la matinale de France Info. 

Dans son livre, Muriel Pénicaud revient sur son parcours et les "murs" qu'elle-même a dû pousser. "Cela a commencé toute jeune, quand on m'a empêché de faire le métier dont je rêvais : je voulais être chef d'orchestre et l'on m'a dit que c'était impossible, que les filles ne pouvaient pas le devenir." Elle explique : "Il y a encore beaucoup de filles, de femmes auxquelles on interdit ou qui s'interdisent d'oser rêver." Mais ces "murs" ne s'arrêtent pas qu'au genre, Muriel Pénicaud cite : "les murs pour la jeunesse, pour pouvoir se projeter dans l'avenir, pour se former, pour s'émanciper, bénéficier d'un ascenseur social,..."

Plus tard, chez Danone, elle doit affronter le fameux plafond de verre. Comment le briser ? "Il faut avoir de l'ambition, il faut oser prendre des postes à responsabilité pour pouvoir transformer les choses." Dans le CAC 40, les femmes restent largement minoritaires dans les instances dirigeantes alors qu'Antoine de Saint-Affrique vient d'être nommé nouveau directeur général de Danone. "On n'a pas fini le combat, confesse Muriel Pénicaud. Il y a eu la loi Copé-Zimmermann pour les conseils d'administration ; en 2018, nous avons créé l'index pour l'égalité professionnelle. Aujourd'hui, une loi est en discussion pour la part des femmes dans les équipes dirigeantes." Les quotas sont-ils essentiels ? "J'étais plutôt contre au départ. C'est un peu humiliant de se sentir femme quota mais c'est nécessaire. Sans quotas dans les conseils d'administration, nous n'aurions pas progressé. Un jour, nous pourrons les supprimer quand ce ne sera plus le sujet." L'ancienne ministre du Travail insiste : "C'est le combat des femmes mais aussi celui des hommes. Des entreprises qui sont plus équilibrées sont plus performantes, plus innovantes."  

Lors de son passage au gouvernement, Muriel Pénicaud a initié la réforme de l'assurance-chômage. "Cela avait été fait dans un contexte où tous les signaux étaient au vert. Le système doit être adapté. Désormais, c'est au gouvernement et aux partenaires sociaux d'écrire la suite." Muriel Pénicaud a quitté ses fonctions de ministre du Travail en juillet 2020. "J'ai vécu trois ans formidables. Je venais de quarante ans de société civile, du monde de l'entreprise et associatif. Grâce à la confiance accordée par Emmanuel Macron et Edouard Philippe, j'ai pu faire des réformes : le Code du Travail, l'apprentissage, la formation,... et on a eu des résultats.

Vous êtes à nouveau en ligne