Frédéric Lavenir (Adie) : "Le potentiel de création d'entreprises dans les quartiers politiques de la ville est fort et le dynamisme est extraordinaire"

Frédéric Lavenir, président de l'Adie (Association pour le Droit à l'initiative économique), est l'invité de Jean-Paul Chapel dans la matinale de France Info. 

Les micro-entrepreneurs "ont tenu" lors de la crise sanitaire. Frédéric Lavenir précise : "Grâce à leur résilience, leur volontarisme ainsi que l'efficacité du fonds de solidarité mis en place par les pouvoirs publics." L'activité ne s'est pas arrêtée mais le président de l'Adie alerte : "L'enjeu aujourd'hui, c'est la reprise. Un arrêt trop rapide des aides publiques risque d'être extrêmement dangereux pour ces entrepreneurs qui ont tenu jusqu'à présent." 

L'Adie met un point d'honneur à être présente dans les quartiers prioritaires. Frédéric Lavenir justifie cette politique : "Les enjeux d'inclusion sont particulièrement forts dans les quartiers politiques de la ville mais également parce que le potentiel de création d'entreprises est fort. Le dynamisme de ces quartiers est extraordinaire." Il donne un exemple : "Lorsque nous ouvrons une antenne, en quelques mois, l'activité est à plein." Les activités créées sont diverses. "Les entreprises que nous finançons sont le commerce sédentaire, ambulant, la restauration, les services à la personne,..." 

Le président de l'Adie insiste sur le fait que la crise a été un accélérateur de créations d'entreprises. "La crise que nous venons de vivre est la première au cours de laquelle et à la suite de laquelle la création d'entreprise connaît une dynamique renouvelée et renforcée. C'est extraordinairement positif et cela rend très optimiste sur la sortie de crise à condition qu'elle soit correctement accompagnée.

Vous êtes à nouveau en ligne