Yves Puget (LSA) sur les prix : "Les hausses ne sont pas toutes justifiées".

Yves Puget, directeur de la rédaction de LSA, était l’invité de Jean-Paul Chapel ce jeudi 28 avril sur Franceinfo.

D’après Yves Puget, tous les rayons augmentent dans la grande distribution : du jamais-vu depuis 30 ans. "C’est inédit" déclare-t-il. Il y aurait un cumul d’explications explique le directeur de rédaction : "Ça a commencé avec le COVID, la reprise économique, la surchauffe, après il y a eu de mauvaises récoltes, après il y a eu des problèmes énergétiques, de coût de transport". Les coûts de transport, de production et de distribution augmentent ce qui explique la forte hausse des produits. Parmi les plus fortes augmentations, sont concernées les pâtes avec +13 %, ou encore l’huile et la moutarde qui atteignent 7 %.

Au sujet du cas particulier de l’huile de tournesol, Yves Puget compare la situation des rayons vides à celle d’il y a deux ans pendant le COVID où les Français avaient stocké un an de pâtes : "C’est un phénomène de rupture de stock en magasin et en entrepôt et non pas en usine". Pas de pénurie non plus pour le blé affirme-t-il, ce qu’il lui fait dire que "Les hausses ne sont pas toutes justifiées" en précisant que les distributeurs ont toutefois "intérêt à accepter quand même un grand nombre de hausses de prix parce que derrière, c’est de l’emploi, derrière, c’est de la production française". Il souligne : "C’est au distributeur de faire preuve de discernement, de regarder au cas par cas".

Yves Puget est également revenu sur l’étude d’IPSOS qui affirme que 4 Français sur 10 ont déjà essayé de réduire leur consommation sur les produits d’hygiène et d’entretiens : "Les Français font des arbitrages". Selon lui, sont privilégiées des enseignes discount au détriment des enseignes proches, les marques des distributeurs et l’alimentaire au détriment de l’hygiène : "Il y a des arbitrages totalement subis et là c’est inquiétant, l’hygiène féminine par exemple, il y a un vrai problème de pouvoir d’achat pour les Françaises".

Les hausses devraient par ailleurs continuer, car les négociations ont été rouvertes "Je pense qu’on terminera forcément l’année à un petit peu plus de 5 %". Yves Puget remarque que les industriels pourraient être en position de force : "Comme disent un petit peu vulgairement les distributeurs, il faut bien qu’ils aient de la came". Le dilemme pour les distributeurs serait donc de choisir entre la hausse de prix ou la non livraison des industriels. Le directeur de LSA conclut sur les industriels : "Peut-être qu’un jour, ils ne pourront pas livrer tout le monde, est-ce qu’ils vont dire, je livre tout le monde un petit peu ou est-ce qu’ils font favoriser des distributeurs au risque que le distributeur qui est non livré parle de refus de vente et se retourne juridiquement".  

Vous êtes à nouveau en ligne