Nicolas Hénin (Transavia) : "On sent une vraie envie de voyager chez les Français"

Nicolas Hénin, Directeur Général Adjoint de Transavia, était l’invité de Jean-Paul Chapel ce jeudi 02 juin sur Franceinfo.

Ça redécolle pour Transavia, filiale low-cost d’Air France. Pour Nicolas Hénin, Directeur Général Adjoint de Transavia et invité de Jean-Paul Chapel ce jeudi, le taux de remplissage des avions "augmente mois après mois". "Depuis cette année, on est repassé au-dessus de l’année dernière". Avec 90 % de remplissage cet été, il estime que la crise sanitaire a été effacée : "On sent un vrai effet rattrapage, une vraie envie de voyager". Mais les prix augmenteront (aux alentours de 15 %) car la demande est forte et que les coûts du carburant qui représentent un quart des coûts totaux sont en hausse.

À la hausse des prix, cette forte demande ajoute par ailleurs des files d’attente importantes dans les aéroports. À Dublin par exemple, 1 000 personnes ont raté leur vol en raison des files d’attente aux contrôles. "On conseille d’anticiper, venir deux heures, trois heures avant parfois pour être sûr que vous allez éviter de rater votre avion à cause de ces queues". Il pourrait même y avoir des annulations pour éviter l’engorgement, mais Nicolas Hénin souligne que cela se fera en avance pour limiter le plus possible l’impact sur les passagers.        

Le Maroc et les "classiques" (France, Espagne et Grèce) seront, selon le Directeur Général Adjoint de Transavia, des destinations particulièrement appréciées pour cet été. La forte demande n’a donc pas été affectée par la suppression des remboursements des billets en cas d’annulation du client. Elle n’a pas non plus été touchée par "la honte de voler" que décrivent les défenseurs du climat. Nicolas Hénin vante d’ailleurs l’engagement de Tansavia et d’Air France-KLM sur cette question. Parmi les actions déployées par le groupe, il cite le renforcement des techniques d’efficacité opérationnelles (éco-pilotage, optimisation des trajectoires de vol), le changement intégral de la flotte qui permettrait de réduire la consommation de 15 % ou encore l’utilisation des carburants d’aviation durable.    

Vous êtes à nouveau en ligne