Syrie, entre propagande, règne de la terreur et chaos : quand informer devient un défi !

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

L’ émission du mois de mai est consacrée à la situation en Syrie, 5 ans après le début de la guerre et, à la difficulté pour les journalistes d’en rendre compte. 

Aujourd’hui, la présence de journalistes occidentaux est devenue indésirable et très risquée. Reste le témoignage courageux et précieux de citoyens syriens. La Syrie est devenue une zone noire pour les journalistes et Informer devient un défi.

De plus en plus difficile à expliquer, ce conflit a une résonnance particulière en Europe avec l’afflux de migrants, l’enrôlement de jeunes dans les rangs de Daech et surtout en France avec les attentats.

A la crainte exprimée, s’ajoutent des interrogations sur la complexité de ce conflit difficile à cerner pour le téléspectateur.
S’il y a une forte reconnaissance pour le travail des envoyés spéciaux, l’appel aux experts suscite parfois quelques méfiances.

En plateau, les échanges ont beaucoup porté sur les difficultés rencontrées par les grands reporters dans les zones de conflit.

Pour en parler 3 téléspectateurs :
- Samuel Suchel, étudiant en sciences politiques à l’université de Lyon
- Katia Guasch, guide médiatrice à Océanopolis à Brest
- Samir Arabi, directeur artistique de la compagnie « Ici, Là bas et ailleurs » à Toulouse

Pour leur répondre :
- Hugues Huet, grand reporter à la rédaction nationale de France 3. Il était en Irak en début d’année.
- Didier François, grand reporter à Europe 1. Depuis 1985 il a couvert de nombreux conflits. Enlevé le 6 juin 2013, au nord d’Alep, il fut retenu en otage jusqu’en avril 2014
- Matthieu Rey, maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France. Il a été en résidence à Damas de 2009 à 2013

L’enquête de Sophie Nény permet de resituer le conflit actuel dans le contexte politique de la Syrie depuis 1970 avec l’arrivée au pouvoir d’Hafez Al Assad et l’échec de la révolte de 2011. La Syrie, confrontée à la plus grande crise humanitaire depuis la seconde guerre mondiale, est coupée du monde, d’où l’importance des précieux témoignages des citoyens syriens.
Sophie Neny a interviewé :
- Lina Chawaf, rédactrice en chef de radio Rozanna
- Georges Malbrunot, grand reporteur au Figaro
- Patrick Eveno, président de l’ODI, l’Observatoire de la Déontologie de l’Information

Vous êtes à nouveau en ligne