VIDEO. Quand la presse révèle certains abus de députés

Plusieurs affaires de députés pour le moins indélicats ont été révélées ces dernières années par les médias. Certains d'entre eux ont notamment utilisé leur Indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) pour des dépenses personnelles… Extrait de "Pièces à conviction" du 9 septembre.

Certains députés se sont retrouvés dans le collimateur de la presse pour avoir utilisé l'argent public à leur profit. Le site Mediapart, spécialisé dans l'investigation, a sorti en 2012 une série d'articles affirmant que plusieurs députés se sont servis de leur enveloppe de frais professionnels pour des dépenses personnelles.

"Nous avons raconté comment Jérôme Cahuzac utilisait son Indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) dans un magasin de piscines et de hammams, explique la journaliste Mathilde Mathieu. Il a payé des abonnements à Canal+ et Canalsat. Et Marie-Hélène Thoraval s'est loué un voilier dans le Var pour 2 000 euros les quatre jours."

"S'il le faut, on tapera"

La journaliste du site d'information dirigé par Edwy Plenel rappelle ainsi que "le socialiste Pascal Terrasse utilisait son IRFM pour payer des vacances au soleil en famille. Des voyages en Égypte, en Espagne, en Grèce… Et il ne s'est rien passé. L'Assemblée nationale ne s'est pas emparée de nos révélations pour aller fouiller sur son compte bancaire et éventuellement le sanctionner."

Le magazine Pièces à conviction a demandé au président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone pourquoi il n'y avait pas eu de réaction. "À l'époque, il n'y avait aucune réglementation en ce qui concerne cette IRFM. C'est pourquoi j'ai voulu ce contrôle et, pour les députés, les protéger de ce doute", affirme-t-il, avant de préciser : "J'ai fixé la règle d'emploi et, avec le déontologue et le bureau, s'il le faut, on tapera." À ce jour, aucune enquête n'a été diligentée, aucun contrôle n'a été effectué et aucun député n'a été sanctionné…

Vous êtes à nouveau en ligne