Pièces à conviction : "Mohamed Merah, l'incroyable échec des services secrets"

Fiché depuis 2006 pour son appartenance aux milieux djihadistes, Mohamed Merah, auteur des tueries de Toulouse en mars 2012, n'a pourtant jamais été inquiété. Le jeune homme est parvenu à voyager sans encombre au Pakistan et en Afghanistan, avant de revenir en France, où sa surveillance a même été relâchée, trois mois avant les meurtres. Pourquoi la dangerosité de Merah a-t-elle été à ce point sous-estimée ? Les services de renseignements auraient-ils voulu le recruter ? Une enquête menée pour l'émission analyse l'échec des services secrets. Pour la première fois, policiers et agents de renseignements français et étrangers s'expriment.

Quelques heures avant sa mort, Mohamed Merah lance aux policiers qui
l’assiègent : « sur ce coup là, je pense que vous vous êtes complètement
loupés ». Ce sera l’ultime provocation d’un terroriste connu des services de renseignement français depuis des années.

Parce qu’il fréquentait les milieux djihadistes, Mohamed Merah était fiché depuis 2006. Il a pourtant réussi à voyager au Pakistan et en Afghanistan sans être inquiété. Trois mois avant les sept assassinats de Montauban et Toulouse en mars 2012, la surveillance est même relâchée.

Pourquoi la dangerosité du tueur a-t-elle été sous-estimée ? Les services de renseignement auraient-ils voulu le recruter ? Mohamed Merah a-t-il été plus malin qu’eux ?
Guerre des services, mauvaise coordination, négligences, malchance aussi…

Pièces à conviction enquête sur l’incroyable échec des services secrets. Pour la première fois, des hommes au cœur de l’affaire s’expriment : policiers et agents de renseignement français et étrangers.

Une enquête de 52 minutes
de Delphine Byrka et Pascale Labout
une production Les Films de la Chance,
avec la participation de France 3

Vous êtes à nouveau en ligne