"Pièces à conviction". Qui va garder mon enfant ? Enquête derrière les murs des crèches privées

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

En France, de plus en plus de municipalités cèdent à des entreprises privées la prise en charge de la petite enfance dans le cadre d’une délégation de service public. L’enquête menée par "Pièces à conviction" au cœur de certains établissements privés révèle une réalité préoccupante. Des employés et responsables dénoncent le manque d'effectifs qui aboutirait à une garde à la chaîne dans des "usines à bébés". Comment en est-on arrivé là ? "Pièces à conviction" a enquêté sur le versement des aides publiques qui pousse à remplir les crèches. Pourquoi l’Etat encourage-t-il ce système, au détriment de la qualité d’accueil des enfants ? Les crèches privées sont-elles contrôlées et par qui ?

A quelques semaines des élections municipales, la création de nouvelles places de crèche est un enjeu électoral de poids. C’est le mode de garde préféré des parents, qui promet de socialiser et d’épanouir les tout-petits sous l’œil attentif de professionnels qualifiés et en toute sécurité.

En France, de plus en plus de municipalités cèdent à des entreprises privées la prise en charge de la petite enfance, dans le cadre d’une délégation de service public. Aujourd’hui, la quasi-totalité des nouvelles places est créée dans le privé.

"Usines à bébés" ?

L’enquête menée par "Pièces à conviction" au cœur de certains établissements privés révèle une réalité préoccupante. Des employées et responsables, des femmes pour la plupart, ont décidé de briser le silence et témoignent. Elles dénoncent les problèmes de sous-effectif, comme cette employée seule avec 15 ou 20 enfants, quand elle est censée en gérer 8 au maximum. Certaines crèches se contentent de répondre aux besoins essentiels : des repas, des couches propres, des siestes.

Dans ces conditions, la pédagogie, le développement et la stabilité indispensables au bien-être des bébés peuvent-ils être assurés ? Educatrices et puéricultrices dénoncent une garde à la chaîne dans des "usines à bébés", et certaines parlent même de "maltraitance institutionnelle".

Quel contrôle ?

Comment en est-on arrivé là ? "Pièces à conviction" a enquêté sur le versement des aides publiques qui pousse à remplir les crèches. Pourquoi l’Etat encourage-t-il ce système, au détriment de la qualité d’accueil des enfants ? Les crèches privées sont-elles contrôlées et par qui ? Existe-t-il un modèle de crèche idéal ?  

Une enquête de 52 minutes réalisée par Julie Lotz, produite par Brainworks avec la participation de France.tv. 

A l'issue de l'enquête, Virna Sacchi reçoit Christelle Dubos, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Frédéric Groux, psychologue en crèche.

La rédaction vous invite à commenter l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #PacFTV.

Vous êtes à nouveau en ligne