Pièces à conviction : "Kadhafi - Sarkozy, liaisons dangereuses ?"

Le journaliste Pascal Henry a enquêté sur les liens politiques et financiers entre la France et la Libye de 2003 jusqu'au déclenchement de la guerre, le 19 mars 2011. Des hommes de l'ombre, notamment des membres de la garde rapprochée de Kadhafi, ou encore des intermédiaires des marchés franco-libyens, ont également accepté de révéler leur rôle dans cette affaire sensible, qui a conduit à l'ouverture d'une information judiciaire en avril 2013. En effet, après les accusations de Ziad Takieddine, un homme d'affaires libanais, les juges français se sont intéressés aux soupçons de financement occulte de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Le 16 mars 2011, Saïf al-Islam, le fils de Kadhafi déclare à la chaîne Euronews : « Que Sarkozy rende l'argent qu'il a accepté de la Libye ». Trois jours plus tard, la France, le Royaume Uni et les États-Unis lancent les premiers raids aériens contre le Guide libyen.

En avril 2013, les accusations du sulfureux homme d’affaires libanais Ziad Takieddine déclenchent l’ouverture d’une information judiciaire, les juges français s’intéressent aux soupçons de financement occulte de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Le journaliste Pascal Henry a enquêté sur les liens politiques et financiers entre la France et la Libye depuis 2003 jusqu’au déclenchement de la guerre le 19 mars 2011. Il révèle comment Mouammar Kadhafi est passé du statut de terroriste infréquentable à celui d’interlocuteur de premier choix.

Quels intérêts étaient en jeu ? Qui sont les hommes clefs de ce rapprochement ?

Pour Pièces à conviction, des hommes de l’ombre ont accepté de révéler leur rôle dans cette affaire sensible. Des membres de la garde rapprochée de Mouammar Kadhafi, des intermédiaires des marchés franco-libyens…

Une enquête de 52' réalisée par Pascal Henry
Une production Ligne de Mire avec la participation de France 3

 

Vous êtes à nouveau en ligne