Pièces à conviction : "Hôpital au bord de la crise de nerfs"

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

La crise financière de l'hôpital public se traduit pour nombre d'établissements par des fermetures de services et des suppressions de postes. L'équipe de "Pièces à conviction" a enquêté dans la Loire, où se trouve le centre hospitalier de Roanne, l'un des plus endettés de France. L'émission est diffusée mercredi 18 février à partir de 23h10 sur France 3.

Pour des raisons liées aux droits de rediffusion, cette émission n'est plus disponible.

Dans la Loire, Roanne et ses 36 000 habitants n'en finissent pas de s'inquiéter pour leur centre hospitalier, rénové grâce au plan "Hôpital 2007". La facture à payer est aujourd'hui salée pour le personnel comme pour les patients.

Fermetures de services et suppressions de postes ont rythmé ces dernières années la vie de l'établissement, au détriment des médecins et infirmières mais aussi des patients. Derrière les dysfonctionnements qui ont mené la direction à réduire les coûts, un projet trop ambitieux, des retards pendant les travaux de rénovation et les demandes trop gourmandes de certains médecins.

Quels dommages collatéraux ?

La situation de l'hôpital de Roanne, au cœur du département, n'est pas un cas isolé : à Feurs et Montbrison, les services des deux hôpitaux fusionnent, obligeant les patients à parcourir toujours plus de kilomètres pour se faire soigner, parfois en urgence.

L'enquête de Pièces à conviction retrace les dommages collatéraux causés par ces décisions administratives et financières − sources de conflits avec les syndicats − qui impliquent pour les patients et le corps médical bon nombre de concessions.

Dans une seconde partie, Patricia Loison reçoit l'urgentiste Patrick Pelloux et Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP.

L'émission est diffusée le 18 février à partir de 23h10 sur France 3 et Francetvinfo. 

Vous êtes à nouveau en ligne