Pièces à conviction : "Une enfance au travail, en Europe aussi"

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Avec la crise, de nombreux pays européens se sont vu contraints de réduire l'aide sociale, obligeant des familles à mettre leurs enfants au travail. Ainsi, en Angleterre, Michael, 15 ans, distribue le lait trois nuits par semaine. Quant à Giovanni, adolescent italien de 13 ans, il sert des cafés huit heures par jour. Enfin, en Bulgarie, Ghiuliana, 14 ans, travaille aux champs dix heures par jour. A travers le quotidien épuisant de ces trois adolescents, le reportage analyse l'engrenage infernal du travail des mineurs, s'interroge sur la responsabilité des pouvoirs publics dans chacun des pays concernés et dénonce l'immobilisme des instances européennes.

Michaël, 15 ans, distribue le lait trois nuits par semaine. Giovanni, 13 ans, sert des cafés huit heures par jour. Juliana, 13 ans, travaille aux champs dix heures par jour. Cela se passe en Angleterre, en Italie, en Bulgarie.

A cause de la crise, l’Europe redécouvre ce qui était jusqu’ici réservé aux pays les plus pauvres : le travail des enfants.

Après l’école, Michaël, Giovanni et Juliana abattent sans broncher un travail d’adulte pour un salaire de misère : de 20 centimes à 1 euro de l’heure.

Comment en est-on arrivé là ?

Avec la crise, plusieurs pays européens ont sérieusement réduit l’aide sociale, et par conséquent des centaines de familles ont dû mettre leurs enfants au travail.

Depuis l’Italie, essorée par les plans de rigueur, jusqu’à la Bulgarie, qui paie au prix fort son entrée dans l’Union, en passant par la Grande-Bretagne, où la classe moyenne sombre dans l’indifférence générale, cette enquête lève le voile sur un phénomène d’un autre âge : le retour au travail des enfants.

Quand l’Europe laisse ses enfants partir à la dérive : pour "Pièces à conviction", Cécile Allegra a rencontré six familles dans trois pays.

 

Un documentaire de 52’ réalisé par Cécile Allegra avec les images de Vincent Kelner. Une production Memento, avec la participation de France 3.

Vous êtes à nouveau en ligne