"Pièces à conviction". Olympique de Marseille : quand le milieu faisait la loi

En 2016, l'homme d'affaires américain Frank McCourt achète l'Olympique de Marseille, club de football préféré des Français. A son arrivée, il commande un rapport confidentiel et apprend que, de 2009 à 2014, certains dirigeants de l'OM, des joueurs et des supporters auraient été sous l'influence du milieu marseillais. Intimidations, menaces, pressions physiques ou racket auraient été utilisés pour écarter des agents lors des transferts de joueurs. Aujourd'hui, la police et la justice enquêtent sur des malversations concernant une quinzaine de transferts de joueurs, pour un montant entre 65 et 80 millions d'euros…

Puisque l'Olympique de Marseille est le club de football préféré des Français, c'est lui que l'homme d'affaires américain l’Américain Frank McCourt décide d'acheter en 2016. A son arrivée en 2016, il commande un rapport confidentiel et apprend que, de 2009 à 2014, certains dirigeants de l'OM, des joueurs et des supporters auraient été sous l'influence du milieu marseillais. Les méthodes du grand banditisme auraient été utilisées pour écarter des agents lors des transferts de joueurs : intimidations, menaces, pressions physiques, racket…

Quatre anciens dirigeants du club mis en examen

Aujourd’hui, la police et la justice enquêtent sur des malversations autour d’une quinzaine de transferts de joueurs, pour un montant entre 65 et 80 millions d’euros. Une figure du grand banditisme marseillais a été mise en examen, mais aussi quatre anciens dirigeants du club. "Pièces à conviction" lève le voile sur les liens entre des voyous et certains anciens dirigeants de l’OM.

Une enquête de Jérôme Pierrat rediffusée le 1er mai 2019 sur France 3.

Ce document est suivi d'un débat animé par Virna Sacchi, qui reçoit Christophe Hutteau, agent de joueurs, auteur de Mes secrets d’agent, le grand roman du foot français (éd. Marabout), et Jérôme Pierrat, journaliste spécialiste du grand banditisme et auteur du documentaire. 

La rédaction vous invite à commenter l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #PacFTV.

Vous êtes à nouveau en ligne