VIDEO. Une grand-mère allemande combat les néo-nazis à la bombe... de peinture

A Berlin aussi, la haine de l'étranger s'affiche sur les murs. Les idées d'extrême droite qui gangrènent l'Europe, Irmela n'en veut pas. A 71 ans, cette petite grand-mère fait la chasse aux tags néo-nazis et les transforme en fleurs ou en cœurs. Extrait du magazine "Avenue de l'Europe".

"Les musulmans en enfer", "Pas d'Alis ici"… Même à Berlin, symbole de réconciliation, la haine de l'étranger s'affiche sur les murs. Face aux tags racistes qui prolifèrent, une petite grand-mère contre-attaque : "II faut qu'on surveille ces mouvements d'extrême droite pour qu'ils ne gagnent pas toute l'Europe […]. Il faut se battre pour une Europe unie […], une Europe de la liberté." Extrait du magazine "Avenue de l'Europe" du 15 mars 2017.

Irmela Mensah-Schramm ne peut pas réécrire l'Histoire, mais elle agit sur le présent : à 71 ans, elle fait la chasse à ces tags à travers toute la ville, et les transforme en fleurs ou en cœurs avec ses bombes de peinture de couleur. 

Atelier en plein air avec les jeunes du quartier

Dans son combat contre les néo-nazis, elle a pour complice Ibrahim, un artiste allemand d'origine turco-libanaise. Ce jour-là, c'est lui qui fournit à Irmela ses pacifiques munitions. Dans sa boutique de fournitures pour artistes se recrutent des volontaires parmi les jeunes du quartier. En route pour un atelier en plein air…

Avec leurs blousons tagués "Schöneberg" (un quartier de Berlin), ces jeunes veulent une Europe de la tolérance. "On est dans une ville ouverte, multiculturelle, dit l'un d'eux. Le populisme de droite n'y a pas sa place." En réponse à une croix gammée apparue dans le quartier, le "crew" dessine même le symbole honni pour le recouvrir. "On s'est sentis personnellement attaqués. Il a fallu qu'on réplique", explique Ibrahim.

Collection de stickers

Chez elle, Irmela nous montre une impressionnante collection : les 75 000 autocollants néo-nazis qu'elle a décollés ces dix dernières années, réunis dans des classeurs numérotés. Certains sont directement contre l'Europe, contre l'euro. Et depuis deux ans, contre Angela Merkel, ciblée pour sa politique migratoire.

Extrait de "Allemagne : périls en la demeure", un reportage diffusé dans "Avenue de l'Europe, le mag" le 15 mars 2017.

Vous êtes à nouveau en ligne