VIDEO. "Il n'y a plus de démocratie en Pologne" : l'évêque de Cracovie dénonce la dérive autoritaire du régime

Avenue de l'Europe / France 3

Gouvernée par un parti ultraconservateur qui s'attaque à la séparation des pouvoirs et aux libertés civiques, la Pologne est-elle encore une démocratie ? Dans cet extrait du magazine "Avenue de l'Europe" du 16 mai 2018, voici le verdict, cinglant, de l'évêque de Cracovie. 

Dans l'est de l'Union européenne, autour d'une Hongrie de plus en plus xénophobe et autoritaire, la démocratie est-elle en danger ? Sous surveillance depuis deux ans, la Pologne inquiète Bruxelles, qui envisage des sanctions contre Varsovie. Depuis 2015, le très droitier parti Droit et Justice (le PiS) utilise sa majorité au Parlement pour faire passer des lois contraires à l'indépendance de la justice ou des médias. 

Les droits des femmes ne sont pas davantage garantis, surtout depuis que se profile une interdiction presque totale de l'avortement, à la demande de la frange la plus conservatrice de l'Eglise.

"C'est une illusion de démocratie"

L'évêque de Cracovie est certes opposé à l'avortement mais, dans "Avenue de l'Europe" du 16 mai 2018, il porte un jugement sans appel sur l'état de son pays. A 82 ans, Tadeusz Pieronek a connu le régime communiste polonais, puis l'ouverture à l'ouest. Voici son diagnostic sur la situation actuelle : "On peut parler de dérive autoritaire. Il n'y a plus de démocratie en Pologne. C'est une illusion de démocratie."

L'évêque dénonce la concentration de tous les pouvoirs dans les mains d'une seule personne : Jaroslaw Kaczyński. L'homme fort du pays, le leader du PiS, n'est autre que le jumeau du président disparu dans un crash aérien le 10 avril 2010 au-dessus de Smolensk, en Russie. Une date commémorée par la droite polonaise et un défunt "panthéonisé" en la cathédrale du château du Wawel, à Cracovie. Une décision qui met Tadeusz Pieronek en colère : que fait le tombeau de Lech Kaczyński dans la nécropole des rois de Pologne ?

Extrait du magazine "Avenue de l'Europe" du 16 mai 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne