VIDEO. Avenue de l'Europe, le mag. Roumanie : le grand embouteillage

Avenue de l'Europe, le mag

Avec un réseau routier dans un état déplorable, la circulation est un vrai problème en Roumanie. Le constructeur Dacia met la pression sur le gouvernement pour faire construire une autoroute… avec l'aide de ses salariés. Un reportage du magazine "Avenue de l'Europe" d'avril, "Maudit trafic".

A Bucarest, la capitale roumaine, la conduite est un art. Comme dans beaucoup de pays de l'ancien bloc de l'Est, le réseau routier est dans un état déplorable. La circulation est donc un vrai problème, et une association a été créée pour surveiller la construction des routes. Elle met en ligne sur le web des photos ou des images filmées avec un drone pour dénoncer la lenteur des travaux et faire pression sur les autorités. Car la bureaucratie continue à faire des ravages…Un reportage du magazine "Avenue de l'Europe" d'avril, "Maudit trafic".

Les conducteurs perdent du temps, les entreprises de l'argent

François Badaire est parti pour Mioveni, où le constructeur Dacia, filiale de Renault, a installé sa principale usine. La seule voie d'acheminement de ses véhicules vers l'Europe traverse les Carpates : c'est beau, mais c'est dangereux… Cette route de montagne à deux voies n'est absolument pas adaptée au trafic des poids lourds. Les chauffeurs routiers y perdent beaucoup de temps. Et Dacia de l'argent.

Le constructeur réclame une autoroute depuis des années, il la veut pour 2020. Ses salariés sont très inquiets des risques de délocalisation s’il n'obtient pas satisfaction. Ils manifestent pour protester, non contre l'usine, mais contre le gouvernement. "Cette société, on s'y accroche avec les dents", confie Adriana, une salariée. Et sa Dacia ? C'est le cinquième membre de sa famille.

Une enquête de François Badaire et Matthieu Hauville, diffusée dans "Avenue de l'Europe, le mag" du 13 avril 2016.

Vous êtes à nouveau en ligne