VIDEO. Avenue de l'Europe. Espagne : sauve qui peut

Pour son panorama européen de l'après-bac, le magazine "Avenue de l'Europe" a fait un tour en Espagne chez les "nini", ces nombreux jeunes sans diplôme ni emploi. Mais pour l'élite aussi, le futur se conjugue ailleurs. Portrait d'une génération perdue. 

Un jeune Espagnol sur deux pointe au chômage. "Avenue de l'Europe" fait le portrait d'une génération perdue. Ni diplôme ni travail, c'est la dure loi des "nini". Comme Lidia et Andrea, de Gijón, dans les Asturies, qui ont quitté l'école à 16 ans. Il y a encore dix ans, les deux filles auraient facilement décroché un contrat dans une boutique ou un restaurant de la côte… Avec la crise, plus rien. 

Au café du quartier, la jeunesse croise d'anciens mineurs asturiens qui ont cru au miracle économique espagnol. Jamais ils n'auraient pensé que leurs petits-enfants connaîtraient un tel désarroi. Ceux qui abandonnent l'école sans plan B sont nombreux – pour d'autres, le plan B se résume à partir...

Fuite des cerveaux

Le reportage se poursuit à Madrid, où des agences ayant pignon sur rue vendent à de jeunes paumés l'exil clé en main. Jessica ne parle pas un mot d'anglais, mais elle gobe la "promotion à moins 75%" pour s'installer à Londres. Avec pour tout bagage un plan de métro, une carte d'étudiant au nom d'un campus inconnu, et de vagues promesses d'embauche. Mais même dans les meilleures universités, les jeunes diplômés aussi envisagent la fuite… des cerveaux.

Dans le quartier populaire de Lavapiés, où Podemos a vu le jour, rencontre avec l'artiste Carla Cañellas, qui réalise des portraits de jeunes Espagnols. Chômage, précarité ou exil : voilà le choix qui s'offre à eux, dénoncent les Indignés. A moins de rester chez ses parents jusqu'à 30 ans – un nouveau marché pour les architectes ! 

Une enquête de Frédérique Maillard et Pascale Conte, diffusée dans "Avenue de l'Europe, le mag. Passe ton bac d'abord", le 16 mars 2016 à 23h15 sur France 3.

Vous êtes à nouveau en ligne