VIDEO. Avenue de l'Europe. Casse sociale en Belgique : la faute aux travailleurs détachés ?

Tour d'Europe de l'emploi en vue dans le magazine "Avenue de l'Europe", le 18 novembre à 23h15 sur France 3. Les travailleurs détachés sur les chantiers du BTP sont souvent accusés de dumping social, particulièrement en Belgique. Extrait.

La Belgique a perdu, en trois ans, 17 000 emplois dans le secteur de la construction. Pour le prochain numéro du magazine "Avenue de l'Europe", qui sera consacré à l'emploi, Michaël, licencié en juin dernier avec 90 autres personnes, s'est confié à Régis Nusbaum.

Sur le site désert de son ancienne entreprise, le jeune homme est amer. "Y a plus rien, c'est mort. C'est une entreprise qui a plus de 100 ans. Trois générations ont travaillé ici. Ils n'ont jamais voulu travailler avec des esclaves, et voilà où ça les a conduits : à fermer."

Restreindre l'arrivée des travailleurs détachés ?

"C'est la pointe de l'iceberg de la construction dans l'Europe moderne : Belgique, France, Pays-Bas... tout ça, ça va couler. Si on ne ferme pas un petit peu les vannes ou qu'on n'égalise pas les salaires de ces ouvriers qui viennent travailler pour que ce soit concurrentiel avec nous, on n'y arrivera pas", estime Michaël.

Est-il possible de restreindre le nombre de ces travailleurs détachés ? Ces salariés envoyés par leurs employeurs en mission auprès d'une entreprise d'un autre pays de l'Union ne sont pas soumis aux mêmes charges que la main-d'œuvre locale, et reviennent moins cher. La justice ne peut que contrôler leur statut, et encore, avec difficulté. La Belgique réclame une adaptation de la directive européenne, rejointe par les Pays-Bas ou la France. Les travailleurs détachés ont fait à plusieurs reprises la une de l'actualité ici aussi, qu'ils soient employés pour la COP21 ou à l'université d'été du PS à La Rochelle.

Extrait de "Travailleurs détachés : attention, danger !", une enquête en Pologne et en Belgique de Régis Nusbaum et Loïc Le Moigne, à voir dans "Avenue de l'Europe, le mag" du 18 novembre 2015.

Vous êtes à nouveau en ligne