Les sujets du jour
ParcoursupItalieIVGGrève à la SNCFMort de Naomi Musenga

"Avenue de l'Europe". Brexit : le naufrage

"Hard" ou "soft" Brexit ? A deux jours de la fin du premier round de négociation entre les Britanniques et les Européens, "Avenue de l’Europe" plonge au cœur de ce qui s’annonce comme un vrai naufrage. Véronique Auger reçoit l'ancien Premier ministre italien Enrico Letta. Au sommaire : - Grande-Bretagne : la pagaille. Enquête à Londres et Birmingham. - En coulisses : le bras de fer. Retour sur vingt-cinq semaines à haute tension entre Londres et Bruxelles.- Francfort : Mainhattan. Reportage dans la capitale financière allemande.- Irlande : borderline. Les inquiétudes des Irlandais du Nord et du Sud.

Vendredi 15 décembre à Bruxelles, ça passe ou ça casse, car si les 27 chefs d’Etat et de gouvernement ne valident pas l'accord avec la Première ministre britannique annoncé in extremis une semaine auparavant, les ponts seront rompus entre l’Union européenne et la Grande-Bretagne. 

Si cet accord contient quelques avancées de nature à rassurer un peu les Européens expatriés, les Irlandais, et aussi les Vingt-Sept (le Royaume-Uni s'engage à régler la facture), il n'a pas calmé toutes les inquiétudes. En tout cas, il ne change pas cette certitude : plus de passeport européen pour les banquiers et financiers de la City, qui vont se trouver contraints de déménager. 

Si l'accord est approuvé, la négociation entrera dans sa deuxième phase : les futures relations entre le Royaume-Uni et l'UE. Le président du Conseil de l'UE, Donald Tusk, a d'ores et déjà prévenu que "le plus difficile" était "à venir"

Au sommaire

Grande-Bretagne : la pagaille

Le départ de la Grande-Bretagne met en péril la situation des citoyens européens qui y résident. Le reportage montre les conséquences néfastes que vivent déjà les Polonais et les Français. Mais pas seulement : les Britanniques sont eux aussi touchés, avec la fuite des salariés européens dans les hôpitaux et les universités. 

Une enquête en Grande-Bretagne de Régis Nusbaum et Yvon Bodin.

En coulisses : le bras de fer

Depuis vingt-cinq semaines, "Avenue de l’Europe" suit pas à pas les négociations entre la Grande-Bretagne représentée par David Davis et l’Union européenne défendue par Michel Barnier. La tension et la méfiance entre les deux équipes ne sont jamais retombées. Bien au contraire.

Un reportage de Pascal Verdeau et Thierry Bordau.

Francfort : Mainhattan

Certains établissements financiers vont quitter la City de Londres. Des milliers d’emplois sont en jeu et plusieurs villes européennes se battent pour les récupérer. Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, est la mieux placée. Et c’est Philippe Oddo, un banquier français qui explique pourquoi. "Avenue de l'Europe" dévoile comment la ville fait campagne pour séduire les banques. 

Un reportage à Francfort-sur-le-Main de Frédérique Maillard-Laudisa et Loïc Le Moigne.

Irlande : borderline

L’autre point capital de la négociation en cours, c’est l’avenir de la partie anglaise de l’Irlande. Les Britanniques n’ont toujours pas trouvé de solution pour établir une frontière invisible entre le Nord et la République d’Irlande, qui reste dans l’Union. Les Irlandais du Nord et du Sud sont totalement déboussolés.

Un reportage en Irlande d’Isabelle Baechler et Bruno Vignais.

L'invité : Enrico Letta

Le Brexit est-il une chance pour l’Union européenne ? Enrico Letta, ancien Premier ministre italien et auteur avec Sébastien Maillard de Faire l’Europe dans un monde de brutes (éd. Fayard), est l'invité de l'émission.

"L'Œil de l'Européen" est confié à Alex Taylor, journaliste britannique engagé contre le Brexit.

"Brexit : le naufrage", une émission à suivre le mercredi 13 décembre 2017, dès 23h30, sur France 3.

Retrouvez deux fois par semaine "Drôle d’Europe" sur franceinfo (canal 27), avec Véronique Auger (France Télévisions), Caroline de Camaret (France 24), Delphine Simon (France Inter) et Lise Jolly (franceinfo radio). 

La rédaction d'"Avenue de l'Europe, le mag" vous invite à réagir à l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #AVDLE.