#MonEnvoyéSpécial : "La prime à la beauté"

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Dans la publicité ou à l’accueil d’un événement, ils sont partout. Et aujourd’hui, les “beaux” auraient plus de chances de se faire recruter ou même d’être bien placés au restaurant. Nous avons voulu lever le voile sur cette nouvelle forme de discrimination invisible. En fin d'émission, retrouvez les réponses de Guilaine Chenu et Françoise Joly à vos questions sur Twitter @EnvoyeSpecial et notre page Facebook.

Pour des raisons liées aux droits de rediffusion, cette émission n'est plus disponible.

Les “beaux” font vendre. C’est en tout cas ce que pensent certains employeurs, prêts à recruter des salariés sur leurs seules “qualités” physiques. Venue du luxe et du showbiz, cette logique concerne aujourd’hui tous les domaines de la consommation. Et elle est illégale en France. L’enquête que vous avez retenue cette semaine, réalisée par Étienne Truchot, vous plonge dans les coulisses de la tyrannie de la beauté.

Emblème de ces pratiques controversées, la marque de vêtements Abercrombie & Fitch a récemment fait polémique pour avoir invité ses employés à surveiller leur poids. L’enseigne de prêt-à-porter est également critiquée pour avoir recruté des mannequins en lieu et place de vendeurs. Le Défenseur des droits, une autorité dédiée à la lutte contre les discriminations, a justement demandé à Abercrombie, dans un avis rendu en novembre 2014, de revoir sa procédure d’embauche fondée sur le physique.

Le réseau des “beaux”

Plusieurs entreprises que nous avons rencontrées l’assument franchement : elles recherchent des salariés au physique attrayant, pour renvoyer une image séduisante de leurs produits ou de leurs services. C’est le cas d’une société lyonnaise, spécialisée dans l'organisation de voyages, dont les formulaires de recrutement demandent aux candidats de renseigner leur taille et leur poids. Des informations que l’employeur n’a pourtant pas le droit de collecter, selon le Code pénal.

Notre enquête vous emmène également dans les coulisses de BeautifulPeople.com, un réseau social réservé aux “gens beaux”. Suivant le slogan du site, “La beauté est dans les yeux de celui qui vote”, les membres sont invités à accepter ou à rejeter les nouveaux entrants, en jugeant leur physique. Depuis plus d’un an, le site propose également un service aux employeurs qui ne rechercheraient que des “beaux”.

À la fin de l’émission, la rédaction répond aux questions que vous nous avez posées sur Twitter @Envoye_Special et notre page Facebook à propos de ce reportage. Vous pouvez dès maintenant faire le programme de la prochaine émission, en votant pour l’un des six reportages que vous voulez voir samedi 4 avril. Posez-nous également des questions sur les réseaux sociaux en utilisant le hashtag #MonEnvoyeSpecial. Guilaine Chenu et Françoise Joly vous répondront directement à l’antenne !

Vous êtes à nouveau en ligne