#MonEnvoyéSpécial : "Maltraitance, chronique d'une mort annoncée"

Chaque semaine, les internautes choisissent de voir ou revoir un reportage, une enquête ou un document, puis adressent leurs questions à Guilaine Chenu et Françoise Joly, qui y répondent en plateau. Avec 36% des votes, c'est notre reportage sur la maltraitance que vous avez retenu cette semaine.

Pour ce nouveau numéro de #MonEnvoyéSpécial, vous avez choisi de voir notre enquête consacrée à la maltraitance. Loin de relever du fait-divers, la violence mortelle sur les enfants est courante en France : jusqu'à deux enfants par jour succomberaient sous les coups de leurs parents ou de leurs beaux-parents. A travers le cas de trois jeunes garçons tués au domicile familial, Élise Le Guével et Kristian Autain ont cherché à savoir pourquoi les services sociaux interviennent parfois trop tard.

Le dysfonctionnement des services de protection de l'enfance était justement au coeur de l'affaire Marina, cette fillette âgée de 8 ans battue à mort par ses parents avant d'être ensevelie dans du béton. Dans une décision rendue mercredi 7 octobre, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi de deux associations de défense des droits des enfants, qui dénonçaient l'inaction de l'État malgré une série de signalements. Si les institutions sont ainsi innocentées, les parents de Marina ont cependant écopé, en juin 2012, d'une peine de 30 ans de réclusion criminelle, assortie de 20 ans de sûreté.

Notre enquête s'arrête sur le décès de Bastien, 3 ans et mort d'une punition dans le tambour d'une machine à laver, de Nohlan et de Lenny, tous deux âgés de 2 ans et demi et morts sous les coups. Certains proches ou voisins avaient alerté les services sociaux des mauvais traitements subis par ces enfants. Mais aucun d'entre eux n'a été retiré préventivement de sa famille. L'État a-t-il les moyens de protéger les plus faibles ? Pédiatres, assistantes sociales, proches : qui peut donner l'alerte à temps pour éviter la mort d'enfants en silence ?

Retrouvez les réponses à ces questions dans #MonEnvoyéSpécial de ce samedi. Vos interrogations sur cette enquête étaient également nombreuses sur Twitter @EnvoyeSpecial et sur notre page Facebook. Guilaine Chenu et Françoise Joly y répondent en fin d'émission.

En attendant, six reportages sont à nouveau proposés au vote pour l'émission du 18 octobre. Nous attendons vos contributions avec impatience !

Vous êtes à nouveau en ligne