VIDEO. Tunisie : vacances sous surveillance

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Après les attentats du musée du Bardo en Tunisie, le 18 mars dernier, qui ont fait 22 morts, dont 4 Français, les agences de voyages françaises constatent une baisse des réservations de 60%. Quelles en sont les conséquences ? Et qui sont les touristes qui voyagent dans ce pays ?

Destination autrefois très prisée des Français, en l'espace de quelques années, la Tunisie a vu son tourisme chuter. Première raison de ce désamour, l'agitation des "printemps arabes" dès 2011, qui a rendu frileux nombre de vacanciers français, habitués à choisir le Maghreb pour son côté "dépaysant", avec ses minarets, ses plages de sable fin, ses souks traditionnels et ses richesses culturelles. Et tout cela à quelques heures d'avion de la capitale française !

Plus récemment, l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars 2015, qui a tué vingt-deux personnes, dont quatre Français, a également refroidi quelques ardeurs touristiques. Depuis, les agences de voyages françaises constatent une baisse de 60% du nombre de vacanciers vers la Tunisie.

Les tour-opérateurs et agences de voyages multiplient donc les efforts pour faire revenir la clientèle. Des campagnes de pub s'affichent en 4x3 dans les stations de métro et sur les panneaux dans les villes de l'Hexagone, avec pour slogan "La Tunisie, moi j'y vais". 

Envoyé spécial a enquêté sur les conséquences de la désertion des touristes dans un pays dont l'économie repose essentiellement sur ce secteur.

Un reportage de Rola Tarsissi, Charles Baget, Sofiane Bel Haj, Melek Abderrahman, Sébastien Sega, Étienne Perrone et Alexandre Delanaud.

Vous êtes à nouveau en ligne