VIDEO. Envoyé spécial. Dans les ruines de Katmandou après le séisme

FRANCE 2

Après la catastrophe qui a touché le Népal il y a un an, la fondatrice de l’association "A chacun son Everest" décidait de retourner dans ce pays qui lui a beaucoup donné et se retrouve démuni. "Envoyé spécial" lui donne "Carte blanche" le 21 avril 2016. Dans cet extrait, elle découvre Katmandou détruite.

"On ne peut pas comprendre les conséquences d'un tel séisme sans les avoir vues. C'est un choc. (...) Beaucoup de poussière, de débris, de corps sans vie, ensevelis. La peur de nouvelles secousses est permanente. Marcher ici est un véritable danger." Telles sont les impressions, terribles, de Christine Janin découvrant les conséquences du séisme qui a ravagé, le 25 avril 2015, une partie de la capitale népalaise. D’une magnitude de 7,8, il a fait plus de 8 000 victimes. Pour une "Carte blanche" le 21 avril 2016, le magazine "Envoyé spécial" a suivi la fondatrice de l'association "A chacun son Everest" dans Katmandou détruite. Extrait.

Durbar Square n'est plus

La capitale n'est plus qu'un champ de ruines. En quelques jours, elle s'est vidée des touristes, entreprises et investisseurs étrangers. Pas de chance... le pays amorçait une embellie économique. Les jeunes partent désormais chercher du travail en Arabie saoudite, Malaisie ou au Qatar. Dans le centre de la vieille ville, ne reste plus grand-chose des temples dédiés à Shiva ou Ganesh, divinités hindoues, ni des monuments historiques. La place symbole de la ville, Durbar Square, n'est plus...

Un site pour aider les victimes du séisme : www.bikram-solidarite-nepal.org

Extrait de "Urgence Népal : carte blanche à Christine Janin", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 21 avril 2016.

Vous êtes à nouveau en ligne