VIDEO. Envoyé spécial. Rhume : des médicaments peu efficaces et dangereux

FRANCE 2 / STEPHANIE RATHSCHECK

Son petit nom : la pseudoéphédrine. Cette molécule se retrouve dans quasiment tous les médicaments contre le rhume. Censée dégager le nez, elle ne fait pas de miracle et peut avoir des effets secondaires très graves. Pour Bruno Toussaint, directeur de la revue indépendante "Prescrire", il faut la retirer du marché.

Hypertension, infarctus, accident vasculaire cérébral… Voici la liste des possibles effets secondaires de la pseudoéphédrine, une molécule présente dans la plupart des médicaments censés lutter contre le rhume. En l'occurrence, elle stoppe le "nez qui coule". Un risque d'AVC pour arrêter de se moucher, c'est un peu trop pour Bruno Toussaint, ancien médecin généraliste qui dirige aujourd'hui la revue médicale indépendante Prescrire, qui fut la première publication française à demander le retrait du Mediator. 

Retirer la pseudoéphédrine du marché ?

Mais alors docteur, qu'est-ce que la pseudoéphédrine ? "Un vasoconstricteur, un médicament qui a tendance à resserrer les vaisseaux [sanguins], alors ça diminue un peu les écoulements du nez, et ça dégage un petit peu. Ça fait pas des miracles, ça dure pas longtemps. Et puis surtout, le problème, c'est que c'est pas spécifique du nez du tout, c'est un médicament qui fait de l'effet sur l'ensemble du corps. Donc ça a tendance à augmenter la tension artérielle et ça peut resserrer d'autres vaisseaux que ceux du nez, par exemple ceux du cœur ou du cerveau."

Peu efficace, avec des effets secondaires dangereux, pour Bruno Toussaint, le verdict est sans appel pour ces médicaments : "Il faut arrêter de s'en servir, il faut les retirer du marché."

Un extrait de "La route du rhume", un reportage de Stéphanie Rathscheck, Olivier Le Hellard et Yvan Burnier rediffusé dans "Envoyé spécial" le 3 mars.

Vous êtes à nouveau en ligne