VIDEO. Résidences services : payer le restaurant quand on n'y mange pas

"Envoyé spécial" du 26 février a enquêté sur les abus des "résidences services" pour seniors. Dans cet extrait, Raymonde ne comprend pas pourquoi elle devrait payer une restauration qu'elle n'utilise pas. Mais notre retraitée a affaire à forte partie.

"Pourquoi vous ne voulez pas payer la restauration ? - Mais parce que je n'y mange pas !" Comme Raymonde, ils sont 35 à refuser de s'acquitter de certains services. Mais face à eux, un autre camp veut les faire payer coûte que coûte.

Au restaurant, rencontre avec un de ses représentants. Celui-ci n'est pas prêt à faire des concessions. "Il est dit dans le contrat qu'ils doivent payer les charges de la restauration, notamment, même s'ils ne l'utilisent pas. C'est clair, merde ! C'est écrit en toutes lettres !"

"Un contrat, bon dieu, c'est ça la loi !"

"Vous trouvez ça normal ?" lui demande le journaliste. "Oui ! répond notre interlocuteur. C'est un contrat, bon dieu ! Un contrat, c'est ça la loi." Le ton monte. Un représentant de la copropriété, interrogé sur le conflit au sujet de ces charges de services obligatoires, ne souhaite pas répondre : "Vous arrêtez vos investigations, et vous vous en allez."

Que dit le règlement de copropriété voté en 2010 ? Que "les sommes relatives aux charges seront désormais réparties entre tous les copropriétaires". Mais Raymonde a acheté son deux pièces en 2005. "Il n'existe aucune obligation d'adhérer pour de nouveaux résidents", stipulait alors la lettre du gestionnaire.

Les "frondeurs" assignés en justice

Comme dit Raymonde, "si on m'avait obligée, à l'époque, à manger au restaurant, j'aurais pas acheté ! (...) Mais on m'a dit : 'Vous pouvez faire comme vous voulez, manger chez vous.' C'est pas honnête de faire ça."

Plus d'une trentaine de copropriétaires ont été assignés en justice. Au bord de la faillite, la copropriété a été placée sous l'autorité d'un administrateur judiciaire.

Vous êtes à nouveau en ligne