VIDEO. "Envoyé spécial" : Maquillage, le prix est-il un gage de qualité ?

ELISE RICHARD / FRANCE 2

Une maquilleuse professionnelle a testé un fond de teint, un rouge à lèvres et un blush à prix cassés et les a comparés avec leurs équivalents de luxe. Extrait du reportage "La beauté à prix low cost" diffusé jeudi 14 mai sur France 2.

Le maquillage et les cosmétiques représentent un coût non négligeable dans le budget des Françaises. Et ce tout au long de leur vie. Les marques à prix réduits ciblent des consommatrices de plus en plus jeunes, avec des packagings qui leur sont destinés, pendant que d'autres marques, dites de luxe, s'adressent à des femmes au portefeuille plus épais. 

Mini-prix, efficacité similaire

Depuis quelques années, des boutiques de maquillage low cost ont débarqué en France. Elles proposent toute une palette de produits à petits prix. Mais que valent réellement ces cosmétiques ? Un fond de teint à 7 euros est-il aussi efficace que son équivalent de gamme supérieure à 48 euros ? Le panier moyen pour une trousse à maquillage comportant fond de teint, poudre, blush, liner, mascara et rouge à lèvres affiche 40 euros dans une enseigne low cost, contre 200 euros pour des produits similaires de grande marque. Une différence de 160 euros d'un panier à l'autre, il y a de quoi se poser quelques questions...

Élise Richard a demandé à Alexandra Bonelli, une maquilleuse professionnelle, de tenter l'expérience sur Jeanne, une jeune femme qui a accepté de servir de modèle. La professionnelle a utilisé des produits à prix cassés sur la partie droite du visage, et des produits de luxe pour la partie gauche.

Que paient réellement les consommatrices ? 

"Je ne vois pas trop de différence entre ce fond de teint et celui-ci", constate la maquilleuse en commençant l'expérience. Une fois le test terminé, elle conclut : "Cela ne se voit absolument pas." Elle note toutefois que les produits de grande marque sont un peu plus faciles à appliquer, mais à l'œil, le profil droit et le profil gauche sont parfaitement semblables. 

Le résultat est sans appel, il n'y aurait, en apparence et en tenue, aucune différence entre le low cost et le haut de gamme. Les consommatrices paieraient-elles tout simplement le logo affiché sur leur tube de rouge à lèvres ? 

 

Vous êtes à nouveau en ligne