VIDEO. Emmanuel Macron : "C'est à l'approche du combat que le samouraï acquiert la sérénité"

"Envoyé spécial" vous a proposé le jeudi 26 février un portrait du jeune ministre de l'Économie, Emmanuel Macron. Cet extrait du chapitre 1, intitulé "Candide ou l'optimisme", vous fait découvrir son côté philosophe.

Envoyé spécial vous a proposé le jeudi 26 février un portrait d'Emmanuel Macron. Dans cet extrait du chapitre 1, intitulé "Candide ou l'optimisme", le voici en pleine réunion de travail... du dimanche.

Car en ce dimanche de décembre, les locaux du ministère de l'Économie sont déserts. Seuls ses proches collaborateurs connaissent le contenu de la loi Macron. En jean et chemise ouverte, le jeune ministre est pourtant un peu tendu.

Philosophie et plan de bataille

"C'est à l'approche du combat que le samouraï acquiert la sérénité... Donc c'est maintenant", sourit-il. Comment présenter le volet "travail du dimanche", hautement symbolique à gauche ? "Qui sont les principales victimes des blocages [de l'économie française] ? Les jeunes. Je pense qu'il faut qu'on axe tout là-dessus. C'est comme ça qu'il faut l'expliquer." 

L'une de ses conseillères le met alors en garde contre le "chiffon rouge" que ne manquera pas, selon elle, d'agiter l'aile gauche du PS : "Il faudrait pas non plus qu'on ait l'impression que les jeunes vont venir boucher les trous..."

"La confiance, c'est le problème de l'autre"

Mais le ministre a "confiance dans l'intelligence collective du peuple français". Il a toujours "vécu à l'aune de la phrase de Levinas : 'La confiance, c'est le problème de l'autre'. Mais peut-être que ça va rater..."

Oui, mais "le problème de l'autre, en politique, peut devenir votre problème", lui fait remarquer le journaliste. "Je vous rassure, il l'est déjà !" s'amuse Emmanuel Macron. Avant de constater, désabusé, que ses troupes ont déserté...

Vous êtes à nouveau en ligne