VIDEO. "Envoyé spécial" : le porno chez les jeunes laisse-t-il une empreinte sur leur sexualité ?

ISABELLE PETITGAS, CHARLES MAUMY, PIERRE-EMMANUEL LUNEAU-DAURIGNAC / FRANCE 2

En quelques clics, les adolescents peuvent être confrontés à des images pornographiques. Dans cet extrait du reportage d'Envoyé spécial diffusé jeudi à 20h45, Isabelle Petitgas, Charles Maumy et Pierre-Emmanuel Luneau-Daurignac ont enquêté sur ce phénomène qui inquiète de plus en plus de parents.

Fini le film X sur Canal +. À l’ère numérique, le porno se consomme sur les smartphones, les tablettes et les ordinateurs. Plus besoin d’abonnement onéreux, il suffit d’avoir une connexion Internet. 

Cette démocratisation de la pornographie sur le web attire un public très jeune, doté d'un téléphone 3G. Que ce soit "pour se changer les idées" après les cours ou avant de s’endormir, le porno s’est peu à peu banalisé et a envahi les cours d’école.

Causer des troubles à l'âge adulte

Selon Stéphane Clerget, pédopsychiatre et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, cette consommation excessive peut devenir un réel danger lorsque le jeune atteint l’âge adulte. Il peut reproduire des schémas vus dans ces films : la performance constante, l’assujettissement de la femme, la banalisation de la sodomie, la bisexualité et parfois les pratiques SM. Car sur le Net, les images sont bien plus "hard" qu’avant.

Selon le CNRS, la pratique des SMS n\'aurait pas de conséquences néfastes sur l\'orthographe des adolescents.
Selon le CNRS, la pratique des SMS n'aurait pas de conséquences néfastes sur l'orthographe des adolescents. (C. DITTY / CULTURA CREATIVE / AFP)

Ce "kit de la sexualité 2.0" ne s'appuie pas sur leur propre expérience mais à partir des images véhiculées dans ces films, très loin de la réalité. Une fois adultes, certaines personnes restent affectées par ces images qui créent une réelle empreinte dans le cerveau et dresse les contours de leurs sexualité future. 

La dépendance à la cyberpornographie

À force de se remplir la tête de ces images, la réalité ne pourra que de les décevoir. Lorsqu’ils auront atteint l’âge adulte, ils risquent de se retourner systématiquement vers les images pornos, devenues pour eux la norme sexuelle.

Nos trois journalistes ont tenté de comprendre comment ces jeunes réagissent face à ce "tsunami pornographique" en allant à la rencontre des adolescents, de leurs parents, de leurs professeurs et de médecins spécialisés. 

Leur reportage - déconseillé aux moins de 12 ans - sera diffusé à 20h45 le jeudi 9 octobre sur France 2.

Vous êtes à nouveau en ligne