VIDEO. "Envoyé spécial" : baisser le taux d'imposition permettrait-il à l'Etat de gagner plus?

MATHILDE PASINETTI, ALEXIS JACQUET / FRANCE 2

Dans cet extrait du reportage "Impôts : la facture de trop" diffusé jeudi 9 octobre à 20h45 sur France 2, Jean-Marc Daniel, économiste, s’appuie sur la courbe de Laffer pour expliquer que « trop d’impôt tue l’impôt ». 

Dans le reportage de Mathilde Pasinetti et Alexis Jacquet sur la difficulté des ménages français à payer leurs impôts, l’équipe a interviewé Jean-Marc Daniel, un économiste français. Ce dernier défend l’idée que l’augmentation des taux d’imposition n’est pas forcément la meilleure méthode pour permettre à l’Etat de renflouer ses caisses. Son raisonnement repose sur la courbe de Laffer et a beaucoup fait parler d’elle sous Reagan dans les années 80.

La courbe de Laffer : mythe ou réalité? 

La courbe de Laffer repose sur l’idée qu’une forte augmentation de la fiscalité va directement se répercuter sur les salaires effectivement perçus. Le risque qui en découle ? Que le pouvoir d’achat des ménages diminue, avec une question centrale : qui réinjectera de l’argent dans l’économie du pays.

Et entre confiscation totale des revenus et taux d’imposition nul, où se trouve le juste milieu ? De nombreux partisans de cette approche fixent ce taux à 25%. Mais ce chiffre n’a jamais été éprouvé dans aucun pays. 

Cependant, Jean-Marc Daniel a identifié trois indicateurs qui permettraient de déterminer ce miraculeux seuil : l’exil fiscal, le recours de plus en plus fréquent au travail au noir et l’augmentation des demandes de délai de paiement ou des demandes gracieuses face à un impôt trop élevé. Mais l’accroissement des taux d’imposition est-elle une condition suffisante pour que les recettes fiscales augmentent ?

La courbe de Laffer a ses limites. Elle est un outil rhétorique et non un modèle économique. Sa simplicité est peut-être son principal défaut, au-delà du fait qu’elle ne repose sur aucun modèle empirique.
Vous êtes à nouveau en ligne