VIDEO. Découvrir l'Iran en roues libres

Depuis l'élection d'Hassan Rohani en juin 2013, l'Iran s'ouvre aux touristes. Ils sont nombreux à venir admirer les joyaux de l'ancienne Perse. Et en sacrifiant un peu de confort, l'Iran moderne se découvre comme sur des roulettes – à voile ou non. Extrait des "Carnets de voyage d'Envoyé spécial" du 30 juillet.

À pleine vitesse en vélo à voile dans les faubourgs de Shiraz, la troisième ville du pays, Laurent découvre l'Iran en roues libres. Avec son ami Jérôme qui, lui, a opté pour une bicyclette classique, il a entrepris un tour du monde sac au dos. Tous deux ont mis entre parenthèses leurs carrières de journaliste et d'ingénieur.

Les voilà au pied de la fameuse citadelle de Shiraz, puis à l'entrée du bazar de la ville, vieux de plusieurs siècles, assaillis par les odeurs de cannelle, de cardamome, de cumin... L'ambiance est chaleureuse, sans rapport avec la réputation du pays. "Ils sont juste curieux, et très ouverts...", témoigne Jérôme tout en poussant son vélo dans les allées du bazar. Des propos aussitôt confirmés par ce vendeur qui le hèle au passage : "Bonjour ! Bienvenue ! Ah, la France ! Zizou ! Et Benzema !"

Une hospitalité sous surveillance

Les touristes sont peu nombreux à sortir des circuits balisés. Du coup, Jérôme et Laurent s'attirent la curiosité bienveillante des Iraniens. Ce jour-là, un policier tient même à s'exprimer devant la caméra d'Envoyé spécial. "Normalement, je n'ai pas le droit de m'exprimer publiquement [son visage a été flouté], mais je vais le faire quand même. Je trouve ça vraiment bien, ce qu'ils font. L'Iran est mal vu à l'étranger. Eux, en rentrant chez eux, ils vont pouvoir raconter à leurs proches comment on est vraiment. C'est bien."

Mais cette prise de parole n'est pas du goût des autorités, qui mettent fin à l'attroupement. L'incident vaudra une escorte aux deux routards et à l'équipe de tournage. La population est sous surveillance constante : dans la rue, au téléphone et sur internet.

Cet Iran sans fard et sa nouvelle révolution touristique vous ont fait réagir sur Twitter :

Vous êtes à nouveau en ligne