VIDEO. Envoyé spécial. Marco, père contre son gré

FRANCE 2 / ENVOYE SPECIAL

Devenus pères contre leur volonté, ils dénoncent cette paternité imposée. Voici un extrait de l'un des témoignages rares que propose "Envoyé spécial l'été" le 28 juillet. 

Devenir père contre sa volonté après une relation éphémère, vivre la paternité comme une trahison... Après la naissance d'un enfant, le père biologique doit assumer et subvenir à ses besoins matériels. Même s'il ne l'a pas voulu, car la justice considère qu'il ne peut s'agir d'un préjudice. Qui sont ces hommes qui dénoncent les paternités imposées ? Comment se construiront ces enfants ? Voici un extrait de l'un des témoignages rares que propose "Envoyé spécial l'été" le 28 juillet. 

"Un enfant, ça se fait à deux dans une relation durable"

Marco est en pleine tempête judiciaire. Cet artisan de 38 ans, père d’une petite fille de 16 mois et aujourd'hui marié, est poursuivi en justice pour reconnaître un garçon de 8 ans qu’il n’a jamais rencontré. Un enfant issu d’une aventure d’un soir, quand le jeune homme était musicien, célibataire, et qui menace aujourd’hui son équilibre familial.

"Quand [sa mère] m'a dit qu'elle voulait le garder et l'élever seule, j'ai pensé que c'était tellement inconcevable qu'elle allait forcément trouver une solution pour avorter..." confie Marco, qui "[part] du principe qu'un enfant, ça se fait à deux dans une relation durable". 

Extrait du numéro du 28 juillet du magazine "Envoyé spécial l'été".

Vous êtes à nouveau en ligne