Envoyé spécial du jeudi 27 août 2015

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Les derniers "Carnets de voyage" de l'été suivront les touristes en France, s'envoleront pour Singapour et se demanderont si l'on peut encore croquer la pomme... Voici le sommaire :- Touristes étrangers, visiteurs express. Mais pourquoi restent-ils si peu de temps en France ? Et surtout, comment les inciter à dépenser plus ?- Singapour, un paradis artificiel ? Découverte d'une île-jardin luxuriante qui cache une cité-État aux interdits glaçants. Une île de velours dans un gant de fer...- Peut-on encore manger des pommes ? "Une pomme par jour éloigne le médecin", selon le dicton. Après avoir vu ce reportage, vous n'en serez plus si sûr.

Pour des raisons liées aux droits de rediffusion, cette émission n'est plus disponible.

Au fil de l’été, les Carnets de voyage d’Envoyé spécial vous font parcourir la planète à la découverte de nouvelles destinations : Zanzibar, Singapour… L'émission explore aussi le tourisme de proximité en France, et teste les formules à petits prix : voyages en autocar, buffets-repas, tourisme d’échange et de partage en ligne. 

Les Carnets de voyage, ce sont aussi des enquêtes : les phobies à la veille des vacances, le business de la météo ou la difficulté de voyager avec un passeport… français. Sans oublier les classiques, avec un gros plan sur les produits phares de l’été : jouets de plage, maillots de bain...

> Au sommaire des "Carnets de voyage" du 27 août :

Touristes étrangers, visiteurs express ?

La France est championne du monde du tourisme… mais pas des affaires ! Pourquoi notre pays, première destination visitée au monde avec 85 millions de touristes étrangers, est-il toujours à la traîne côté profits, loin derrière l’Espagne, qui attire pourtant moins de visiteurs ? Avec 42 milliards d’euros de recettes issues du tourisme, la France n'est "que" troisième sur le podium.

Les raisons de ces visites en coup de vent existent bel et bien : sites parcourus au pas de charge, pénurie de chambres d’hôtel, hégémonie parisienne… Les châteaux de la Loire ne désemplissent pas, mais à Chenonceau, par exemple, le village distant de 50 mètres et ses restaurants restent déserts. Les visiteurs étrangers se risquent rarement hors des sentiers battus.

D’autres régions sont devenues de véritables "hubs" pour les Chinois ou Japonais partis à la découverte de l’Europe. La Côte-d’Or est ainsi une étape fréquente entre Paris et Genève, mais les touristes n’y passent guère qu’une courte nuit.

Comment faire rester les touristes étrangers ? Et surtout, comment les inciter à dépenser un peu plus en France ? Certaines régions ont décidé de prendre le problème à bras-le-corps. À Chaudes-Aigues, dans le Cantal, Bénédicte, la responsable de l’office de tourisme, fait de la retape jusque sur les aires d’autoroute. À Épernay, en Champagne, on emploie cette année les grands moyens pour attirer les touristes étrangers, en allant les chercher jusque chez eux… en Inde !

Un reportage de Leslie Benzaquen, Mélanie Gallard et Vincent Kelner.

Singapour, un paradis artificiel ?

Les Carnets de voyage d'Envoyé spécial ont promis de vous faire découvrir de nouvelles destinations. Pour ce dernier numéro, après Zanzibar, partons à Singapour, un ancien comptoir britannique qui fête en 2015 le cinquantenaire de son indépendance. Une île réputée pour sa concentration exceptionnelle de millionnaires au mètre carré… et une destination touristique de plus en plus prisée.

Émerveillement assuré dès l'arrivée à l'incroyable aéroport international de Changi, l'un de plus grands d'Asie. Il relie 300 villes et plus de 70 pays, et 60 millions de voyageurs y transitent chaque année. Un voyage à part entière, avec jardin de tournesols, bassin de carpes koï, et même une serre à papillons rafraîchie par une cascade.

Cité-État, cité-jardin, la principale des 64 îles de l'archipel est un concentré d’Extrême-Orient. Étonnante, cosmopolite, luxuriante, Singapour a de quoi séduire. L'envers du décor, c'est une liste d’interdits sans fin, édictés par le "père de la nation", Lee Kuan Yew, disparu le 23 mars dernier à 91 ans. Une amende de 1 000 euros minimum à qui jette un papier ou un mégot par terre, crache, mâche un chewing-gum, traverse la rue hors du passage clouté… voilà qui peut réfréner les incivilités.

À Singapour, la peine de mort par pendaison est en vigueur, le droit de grève inexistant, la mendicité interdite, la presse sous contrôle, et il n'est pas rare de voir affichées derrière les vitrines des petites annonces pour des "domestiques à vendre". Singapour, une île de velours dans un gant de fer. Une dictature ? Non, une démocratie autoritaire qui cherche à mettre en avant sa réussite économique – au prix d'un système bancaire particulièrement opaque : l'île a longtemps été le 3paradis fiscal mondial.

Un reportage de Lionel Poussery.

Peut-on encore manger des pommes ?

La pomme est le fruit préféré des Français, qui en croquent 19 kilos par an. Toujours plus belle, toujours plus ronde, sucrée ou acide selon les goûts. Derrière cette plastique parfaite se cacherait-il un secret ?  

Nos journalistes ont enquêté sur la star de nos marchés, et découvert que ce fruit est l’un des plus gourmands en pesticides : 30 pulvérisations de produits chimiques par récolte en moyenne. Parmi ces substances, un conservateur, appliqué après la récolte, permet de garder les pommes intactes pendant douze mois. Dans le Limousin, berceau de la golden, des agriculteurs mais aussi des riverains s’inquiètent pour leur santé.

L'équipe d'Envoyé spécial a enquêté sur ces secrets de préservation, comme le très décrié SmartFresh, afin de savoir s'ils présentent un risque pour le consommateur.

Rediffusion d'un reportage de Valérie Rouvière (5 mars 2015).

La rédaction d'Envoyé spécial vous invite à commenter l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #EnvoyeSpecial.

Vous êtes à nouveau en ligne