Envoyé spécial du jeudi 18 décembre 2014

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Cette semaine,"Envoyé spécial" vous fait découvrir deux nouveaux reportages :- Et si nous faisions face à une pénurie de chocolat ? Face à la demande croissante, les producteurs de cacao ont du mal à suivre la cadence. Au final, c'est le consommateur qui paye, avec une flambée du cours du cacao. - Violées, martyrisées, torturées, vendues… Les femmes yézidies du nord de l'Irak sont les proies des barbares du groupe Etat islamique. Celles qui ont réussi à s’enfuir racontent avec difficulté cet enfer. Malgré la liberté, elles restent captives de leurs souvenirs. Un cauchemar qui tourne en boucle dans leurs têtes. 

Pour des raisons de droits de rediffusion, cette émission n'est plus disponible.

Y aura-t-il du chocolat pour Noël ?

Le chocolat est partout. En ces périodes de fêtes, ce petit délice est la star de nos papilles. Si bien que la demande est plus forte que jamais. Et de nouveaux consommateurs venus de pays émergents sont séduits par cette précieuse fève. Mais la récolte du cacao, majoritairement effectuée par des petits fermiers indépendants basés dans les pays d'Afrique de l'Ouest, a du mal à suivre. L'expansion de ces plantations est complexe car il faut compter dix ans pour qu'un cacaoyer produise des fèves. Or, notre consommation a grimpé de 17% en cinq ans. Et si le cacao devenait une denrée rare et hors de prix ? Alors comment faire pour que le chocolat continue de couler à flots ?

Les journalistes d'Envoyé spécial ont remonté les filières de la production de cacao afin de découvrir à qui profite la hausse du cours. Ils ont aussi cherché à comprendre comment s'organisaient les industriels et les producteurs face à cette explosion de la demande mondiale. 

Kurdistan irakien : femmes prisonnières et esclaves

Tortures, soumission, viols répétés. Elles sont les premières cibles de la barbarie de Daech (acronyme arabe du groupe Etat islamique). Mise en esclavage, les femmes non musulmanes ont été choisies pour devenir servantes ou objets de plaisir. Certaines ont réussi à s’enfuir. Revenues de l’enfer, ces jeunes Yézidies s’expriment pour la première fois. Appartenant à une minorité religieuse, elles ont été capturées l’été dernier au nord de l’Irak. Leurs témoignages disent l'effroyable souffrance de leur captivité.

Les journalistes d’Envoyé spécial ont recueilli la parole de ces femmes qui racontent comment elles sont parvenues, seules ou en groupe, à fuir. Mais une fois la liberté retrouvée, comment sont-elles prises en charge par les médecins et les autorités kurdes d’Irak ?

Vous êtes à nouveau en ligne