VIDEO. Des paroles et des actes. Manuel Valls, "ça se voit qu'il veut être président"

JEFF WITTENBERG / FRANCE 2

Voter Manuel Valls en 2017 ? C’est l'une des questions que Jeff Wittenberg est allé poser aux jeunes socialistes du MJS et aux habitants de Tulle, le fief de François Hollande. Notre reporter a rencontré peu d’électeurs potentiels…

Manuel Valls le "sanguin", "autoritaire", il n’incarne pas "notre conception de la façon de faire de la politique". Paroles d’opposants ? Non, de militants du Mouvement des jeunes socialistes (MJS), échaudés par l’épisode de la "gifle" que le Premier ministre a donnée à un de leurs camarades. C’était le 29 août dernier, lors du dîner de clôture de l’université d’été du PS à La Rochelle, où il avait été très chahuté. La politique qu’il mène passe mal auprès de ces jeunes traditionnellement à la gauche du parti. Et si, en 2017, c’était lui ? "J’y réfléchirais à deux fois" avant de voter pour lui, affirme même un jeune socialiste. Ambiance. 

Il "ne sourit jamais"

A Tulle, sur les terres de François Hollande, le discours est moins dur, mais on préfère le président. Valls "va trop vite", "ne sourit jamais" et "ça se voit qu’il a envie d’être président". Jeff Wittenberg a quand même rencontré une habitante qui a quelque chose de gentil à dire : "Il a les épaules plus larges que François Hollande pour être président." Mais pour le Premier ministre, il est peut-être encore trop tôt pour entendre ce genre de compliments.

Vous êtes à nouveau en ligne