Le face-à-face entre Christiane Taubira et la mère d'une victime

Christiane Taubira sur le plateau de \"Des Paroles et des actes\", lors du témoignage de la mère d\'une victiem, le 5 septembre 2013, sur France 2.
Christiane Taubira sur le plateau de "Des Paroles et des actes", lors du témoignage de la mère d'une victiem, le 5 septembre 2013, sur France 2. ( FRANCE 2 / FTVI)

La Garde des Sceaux a refusé de commenter le témoignage bouleversant d'une mère dont la fille a été victime d'une agression commise par un détenu en semi-liberté.

Un dialogue glacial. Au cours de l'émission "Des Paroles et des actes", jeudi 5 septembre sur France 2, Christiane Taubira s'est retrouvée face au témoignage d'une mère dont la fille a été victime d'une agression commise par un détenu en semi-liberté. 

FRANCE TELEVISIONS

"C'est un barbare c'est un féroce, ce n'est pas quelqu'un qui pourra reprendre un jour le droit chemin. C'est quelqu'un d'irrécupérable. La violence, vous ne pouvez pas imaginer. J'ai vu ma fille à l'hôpital, elle n'avait plus de visage", a raconté la mère, de façon anonyme. Selon elle, il y a eu défaut de contrôle et de surveillance, car au moment des faits, l'agresseur aurait dû avoir réintégré la prison, ce qui n'était pas le cas.

Gênée et mal à l'aise face à ce témoignage bouleversant, la garde des Sceaux n'a pas voulu commenter le drame, se bornant à "saluer le courage de madame". "J'ai une règle : face aux victimes, je fais silence. Par décence, monsieur Pujadas, ni vous, ni moi ne devons porter de jugement sur la décision du juge. La justice se rend dans les prétoires."

"La justice ne se rend pas sur les plateaux de télévision"

Selon une journaliste du Figaro sur Twitter, la ministre de la Justice était furieuse, avant l'émission, qu'on lui impose de réagir à un cas individuel. Relancée à plusieurs reprises par David Pujadas, elle s'est refusée à désigner un bouc émissaire : "Il est possible que le juge se soit trompé. Mais sur quelle base je peux dire que le juge s'est trompé ? A chaque tragédie, on trouve un conseiller d'insertion et de probation, un juge d'application des peines, un procureur ou un juge à accuser, mais je ne crois pas que cela atténue la souffrance des victimes et de leurs familles."

"La justice ne se rend pas sur les plateaux de télévision", a fini par lâcher Christiane Taubira, de plus en plus agacée par les questions.

Voici l'intégralité, en vidéo, du face-à-face entre Christiane Taubira et cette mère.

FRANCE TELEVISIONS

 

Vous êtes à nouveau en ligne