Ce qu'a dit Marine Le Pen dans "Des paroles et des actes"

Premier résumé de l'émission de France 2, qui recevait la candidate du FN le jeudi 23 février.

Marine Le Pen a refusé de débattre avec Jean-Luc Mélenchon, exigeant des excuses, mais n'a pas quitté le plateau de "Des paroles et des actes" sur France 2 jeudi 23 février. Le dialogue a donc tourné à la succession de monologues. Jean-Luc Mélenchon ne s'est pas laissé démonter en attaquant la patronne du FN sur sa"peur" de débattre.

FTVi / France 2

Ce qu'elle a dit dans la première partie

 Marine Le Pen a indiqué ne pas avoir encore ses 500 parrainages nécessaires à sa présentation à l'élection présidentielle. "Mais ça viendra", a-t-elle dit. La candidate FN a réuni "à peu près 430 parrainages".

FTVi / FRANCE 2

• "Il est normal que l'extrême-gauche éructe, attaque des meetings", a déclaré Marine Le Pen après avoir visionné des images de son accueil chahuté à La Réunion. Elle estime qu'il y a une certaine complaisance envers l'extrême gauche en France qu'il n'y a pas envers l'extrême droite.

 La patronne du FN cible particulièrement Nicolas Sarkozy pour ses attaques. "Il est normal de mettre le président sortant face à son bilan. Mon rôle est de dire aux Français : 'vous avez été trahi.'"

FTVi / France 2

La deuxième partie de l'émission a été consacrée au programme économique de Marine Le Pen, voici les principaux points à retenir : 

 La candidate du Front national prône la mise en place d'une taxe de 3% sur les produits importés. Elle estime que sa "contribution sociale sur les importations" rapportera 74 milliards d'euros sur l'ensemble du quinquennat. L'Union européenne interdit pourtant ce genre de pratique

 Elle a réaffirmé sa volonté de sortir de la zone euro. "Je veux une parité un franc, un euro. Les Français ne perdront pas un centime", assure Marine Le Pen. Mais François Lenglet, journaliste économique, insiste sur les risques qui pèseraient sur l'économie française, en particulier sur la dette.

 Enfin, Marine Le Pen promet de supprimer notamment l'aide médicale d'Etat, accordé aux sans-papiers sous conditions. "Il y a toute une série d'aides sociales que je vais supprimer", indique Marine Le Pen. "Un certain nombre d'emplois de la fonction publique sont réservés aux Français sans que ça choque personne", s'est justifiée la candidate FN. 

FTVi / France 2

Aux questions des pour/contre, la candidate FN a répondu :

• La loi sur la parité salariale : "J'y suis favorable".

• Le permis à points : "Je suis contre le système du point quand il y a des délits graves.Il y a des magistrats qui peuvent retirer des permis. Je pense qu'il faut revenir au système antérieur."

• La sortie du nucléaire : "C'est un objectif louable (...) mais on a pas les moyens de substitution (...) L'éolien c'est épouvantable, ça coûte un fortune et ça ne fonctionne pas. Il n'y a pas aujourd'hui d'énergie susceptible de remplacer le nucléaire".

• Rétablir le service militaire : "Ce n'est pas possible budgétairement de le rétablir".

La présidente du FN a ensuite débattu avec le conseiller spécial de l'Elysée, Henri Guaino.

FTVi / France 2

Avant d'aborder la politique internationale refusant, entre autres, de condamner le régime de Bachar Al-Assad en Syrie.

FTVi / France 2

Dans la dernière partie, Marine Le Pen a défendu la préférence nationale et est revenue sur son combat contre la viande halal.

FTVi / France 2

FTVi / France 2

Vous êtes à nouveau en ligne