VIDEO. Complément d'enquête. Arnaud Daguin, chef cuisinier devenu militant

Il défend une agriculture du vivant, responsable et durable. Le chef cuisinier Arnaud Daguin était l'invité de "Complément d'enquête" après un reportage sur les "anti-viande". Un message sain et équilibré, toujours bon à (ré)écouter.

C'est dans un "décor" improbable de carcasses de boucherie et en blouse blanche que Nicolas Poincaré a reçu ce chef cuisinier atypique et écolo. L'interview suivait un reportage sur les actions des militants contre l'industrie agroalimentaire, dans un numéro de "Complément d'enquête" intitulé "La guerre de la viande"

Qu'est-ce qu'un bon produit ?

Arnaud Daguin a laissé tomber établissements étoilés et tables d'hôte pour réfléchir à cette seule question : "Qu'est-ce qu'un bon produit ?" Un sujet très complexe qui a nécessité quarante ans de métier. L'invité du magazine résume sa réponse en trois axes : "Un produit qui, par son mode de production, est positif pour l'environnement" ; "un produit qui nous nourrit et nous fait du bien par ce qu'il contient – et surtout par ce qu'il ne contient pas" ; "un produit qui nourrit celui qui le produit, c'est-à-dire qui paie dignement et n'oblige pas à des comportements indignes". Des produits qui existent, pour 1% de la production, et viennent des "riches terres".

L'Echelle de Riches Terres

L'Echelle de Riches Terres, c'est le nom du projet dont s'occupe maintenant Arnaud Daguin. Il milite aujourd'hui pour la décroissance et "une agriculture du vivant, et pas une agriculture de guerre", "de la fertilité et non de la fertilisation". Les riches terres, "c'est l'endroit de l'humus, de l'humain, de l'humilité", poursuit le chef, décidément un peu poète. Pour lui, dans cinquante ans, on dira de nous : "Qu'est-ce qu'ils étaient irresponsables ! Déléguer son alimentation à des systèmes dont le but n'est pas de nous nourrir mais de faire du profit !"

Le végétarien est l'avenir de l'homme

Et pour ceux qui veulent "manger de la bestiole" dans de bonnes conditions morales ? Si on veut sortir du déni, il faut exiger des conditions de bien-traitance de l'animal. Les "anti" sont-ils en train de gagner "la guerre de la viande" ? Pour Arnaud Daguin, "l'espèce humaine est vouée à devenir végétarienne".

Vous êtes à nouveau en ligne