Complément d'enquête. Migrants : le prix de l'exode

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

La guerre en Syrie et en Irak et l'instabilité actuelle au Moyen-Orient poussent à l'exil une population de plus en plus nombreuse, qui vient frapper aux portes de l'Europe. Dans "Complément d'enquête" le 17 septembre, trois reportages et trois invités pour évoquer la situation des réfugiés et les différentes politiques des pays européens :- Boat people : les migrants oubliés- Calais : la bonne fortune des passeurs- La route sans fin

Pour des raisons liées aux droits de rediffusion, cette émission n'est plus disponible.

La guerre en Syrie et en Irak et l'instabilité actuelle au Moyen-Orient poussent sur les routes de l'exil une population de plus en plus nombreuse, qui vient frapper aux portes de l'Europe. Comment l'Union européenne peut-elle relever le défi de la solidarité internationale ? Les réponses des divers Etats, divisés face à cette crise, diffèrent.

Après la découverte sur une plage turque du corps sans vie d'Aylan Kurdi, un petit Syrien de 3 ans, l'émotion a déclenché une vague de solidarité. En Allemagne, après une forte mobilisation et les déclarations généreuses de la chancelière Angela Merkel, le discours politique semble avoir déjà changé.

Devant l'afflux des réfugiés (12 000 personnes en un seul jour le samedi 12 septembre dans la gare de Munich), le ministre allemand de l'Intérieur a annoncé le lendemain le rétablissement des contrôles aux frontières avec l’Autriche, suspendant provisoirement les accords de Schengen. Une décision qui fragilise l'un des piliers de la construction européenne, en freinant la libre circulation des personnes.

En France, les initiatives se sont multipliées pour appeler à l'accueil des réfugiés – même si une enquête pour Libération vient de montrer que les Français n'y sont pas plus favorables qu'avant...

Le 17 septembre dans "Complément d'enquête", trois reportages et trois invités pour évoquer la situation des réfugiés et les différentes politiques des pays européens.

Boat people : les migrants oubliés

Parmi ces réfugiés, certains finiront par s'installer en France pour recommencer une nouvelle vie. Aujourd'hui, ce sont les Syriens, il y a trente-cinq ans, c'était les boat people d’Indochine. Des Vietnamiens et des Cambodgiens qui fuyaient par milliers les persécutions ethniques pour les uns et la dictature de Pol Pot pour les autres.

Eux aussi quittaient leur pays sur des bateaux de fortune, eux aussi cherchaient une vie meilleure, eux aussi ont ému l'opinion internationale. A l'époque, la France en avait accueilli plus de 120 000 en quelques années ! Que sont-ils devenus ? Enquête sur une page oubliée de notre histoire.

Un reportage d'Olivier Sibille et Mathieu Dreujou, suivi d'un entretien avec Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France.

Calais : la bonne fortune des passeurs

Pour ceux qui ont réussi à atteindre la France et veulent continuer leur route, il faudra encore payer... A Calais, les passeurs agissent au grand jour devant des policiers débordés : impossible de contrôler tous les camions et les voitures en partance vers la Grande-Bretagne, une destination qui reste privilégiée par beaucoup, malgré le durcissement de sa politique migratoire.

Afin que les clandestins passent inaperçus, les réseaux font appel à des "Français moyens" pour leur faire traverser le tunnel sous la Manche en les cachant dans le coffre de leur voiture. Ce sont par exemple des chômeurs, des étudiants, qui se sont confiés à "Complément d'enquête".

Un reportage de Romain Boutilly et Yann Moine, suivi d'un entretien avec Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement (PS).

La route sans fin

C'est une photo qui a fait pleurer l'Europe. Celle d'un petit corps mort sur une plage. Celle d'Aylan Kurdi, un Syrien de 3 ans, sur le sable de Bodrum, en Turquie. Galip, son frère de 5 ans, et sa mère Rehan ont aussi perdu la vie dans le naufrage de leur embarcation, qui faisait cap vers l'île grecque de Kos. Cette famille kurde fuyait la guerre et sa ville de Kobané pour tenter de joindre le Canada. Seul Abdullah, son père, a été retrouvé vivant. Au total, 12 personnes se seraient noyées.

Ces derniers mois, des centaines de milliers de migrants ont cherché à atteindre l’Europe. Une traversée extrêmement périlleuse et éprouvante, comme le montre ce reportage du 20 Heures de France 2 du 14 septembre. Franck Genauzeau a accompagné une soixantaine de migrants des côtes turques à l'île grecque de Lesbos, sur une chaloupe surchargée.
 
Le numéro de "Complément d'enquête" du jeudi 17 septembre vous invite, lui, à suivre l'odyssée d'une autre famille, plus chanceuse que celle d'Aylan. Négociations avec les passeurs, transits clandestins, nuits blanches et coups de blues... Rola Tarsissi et Alexis Jacquet ont suivi jour et nuit pendant deux semaines Mohamed, Haifa et leurs trois filles. Ils ont tout laissé derrière eux : leur maison, leurs amis, une vie confortable à Damas. Et ont dû débourser 11 000 euros pour ce voyage sans agrément.
 
Un reportage de Rola Tarsissi et Alexis Jacquet, suivi d'un entretien avec Mohed Altrad, patron du groupe Altrad et exilé syrien.

 

La rédaction de "Complément d'enquête" vous invite à commenter l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #Cdenquete.

 

Vous êtes à nouveau en ligne