Complément d'enquête. Pollution, conférence climat, à quoi sert monsieur Hulot ?

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, aujourd'hui François Hollande : en matière d'écologie, il conseille les présidents français, de droite comme de gauche, depuis près de vingt ans. Mais qui est vraiment "l’envoyé spécial" pour notre planète ? En attendant Paris Climat, la conférence que préside notre pays, un portrait du mystérieux mais populaire M. Hulot, à voir dans ce "Complément d’enquête" sur les bonnes intentions françaises et ce qu’elles cachent. Au sommaire :- L'infatigable monsieur Hulot- Charbon : les noirs investissements

La très attendue conférence climat, c’est bientôt. Elle se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. La France va accueillir et présider la COP21, la vingt et unième Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, aussi appelée Paris Climat 2015. Elle veut aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de deux degrés. Ce réchauffement "menace au moins cinquante ans de progrès dans la santé publique"dénonce une étude récente, qui qualifie l’urgence climatique de "risque potentiellement catastrophique d’une ampleur inacceptable". 

Mais l’enjeu est aussi, évidemment, politique. La COP21, pour François Hollande, c’est la dernière chance de briller devant ses électeurs et devant la planète entière. Le président anticipe maintenant les risques d’échec d’un accord sur la lutte contre le réchauffement climatique, mais il avait pris toute la mesure de l’événement... Pour inciter les décideurs du monde entier à moins polluer, il s'était attaché les services d'un sherpa très célèbre : Nicolas Hulot. L’ancien candidat à la primaire des Verts a été nommé, en décembre 2012, "envoyé spécial pour la protection de la planète". Dans le cadre de cette mission bénévole pour mettre en place une "diplomatie environnementale renforcée", l’ex-animateur de TF1 a parcouru le globe pour obtenir des dirigeants des cinq continents des engagements fermes et chiffrés.

Quels résultats concrets pour l'aventurier préféré des Français ?

L’aventurier préféré des Français – encore cette année, et pour la sixième consécutive, d’après un sondage réalisé entre le 29 août et le 5 septembre 2015 – a pris cette échéance très au sérieux. "En France, on est focalisés sur ce qui va se passer dans deux ans, à savoir l’élection présidentielle, alors que ce qui va se passer à Paris conditionne beaucoup plus l’avenir du pays", a-t-il ainsi déclaré dans une interview à France Info. Pour le président de la Fondation Nicolas-Hulot, ce sont les "conditions d’existence de nos enfants [qui] vont se déterminer à Paris".

À quelques semaines de l’ouverture de la conférence climat, quels sont les résultats concrets de l’envoyé spécial pour la planète ? Qu'a-t-il vraiment en tête ? N'est-il pas devenu la "caution verte" préférée du pouvoir ? Chirac, Sarkozy, aujourd'hui Hollande, en matière d'écologie, Nicolas Hulot conseille les présidents français depuis près de vingt ans… de quoi alimenter les reproches d’opportunisme : certains l'accusent de "manger à tous les râteliers", voire de "connivences à droite"Complément d'enquête, qui l’a accompagné pendant plusieurs mois dans son tour du monde, vous propose un portrait du mystérieux monsieur Hulot.

Au sommaire :

L'infatigable monsieur Hulot

Inde, Bénin, Italie : pendant deux mois, les équipes de Complément d'enquête ont suivi l'envoyé spécial de l'Élysée pour la protection de la planète. Portrait d'un homme qui se mobilise depuis vingt ans pour une seule et unique cause, l'écologie. Entre sa maison de Bretagne, ses voyages aux quatre coins du globe et son bureau à l'Élysée, Nicolas Hulot s'est confié à Complément d'enquête.

Un reportage d'Agathe Lanté.

Charbon : les noirs investissements

En France, elle ferme ses centrales à charbon. Mais en Europe de l'Est, EDF gère l'une des plus grosses centrales à charbon de Pologne et vient de racheter une  licence pour l'extension d'une mine de lignite en Serbie. Idem pour Engie, l'ex-GDF Suez, engagée contre le réchauffement climatique au sein de la COP21. Elle est aujourd'hui au centre d'une enquête ouverte par la justice italienne sur une centrale à charbon très polluante de la région de Gênes. Face à ce qu'elle dénonce comme une "hypocrisie", l'ONG Les Amis de la Terre s'est lancée dans une campagne contre les investissements "sales" de grands groupes français.

Un reportage de Camille Le Pomellec. 

La rédaction de Complément d'enquête vous invite à commenter l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #Cdenquete.

Vous êtes à nouveau en ligne