"Complément d'enquête". Crimes de guerre : le visage des bourreaux

Alors que la guerre en Ukraine continue de faire rage et que les deux camps s’accusent mutuellement d’exactions, voire de manipulations, comment les enquêtes peuvent-elles être menées en toute indépendance ? Et pour quels résultats ? Dans les zones occupées par les troupes de Vladimir Poutine, les équipes de "Complément d’enquête" ont recueilli des dizaines de témoignages de rescapés ou de proches de victimes. Elles ont aussi filmé le travail des experts de l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale dépêchés à Kiev pour aider la justice ukrainienne.

Visage d’adolescent. Silhouette tassée derrière les vitres de son box. L’image a fait le tour du monde. Vadim Chichimarine, 21 ans, est le premier soldat russe condamné pour un des 13 000 crimes de guerre présumés dont la justice ukrainienne s’est officiellement saisie.

Vérités judiciaires ou verdicts politiques ?

Marioupol, Irpin, Kramatorsk ou Mothyzyn, autant de noms de villes ou de villages devenus synonymes de drames et de désolation. Mais alors que la guerre continue de faire rage et que les deux camps s’accusent mutuellement d’exactions, voire de manipulations, comment les enquêtes sur de telles atrocités peuvent-elles être menées en toute indépendance ? Et pour quels résultats ? Des vérités judiciaires ou des verdicts très politiques ?

Dans les zones occupées pendant des semaines par les troupes de Vladimir Poutine, les équipes de "Complément d’enquête" ont recueilli des dizaines de témoignages de rescapés ou de proches de victimes. A l’aide de spécialistes de l’analyse des images publiées sur les réseaux sociaux, notre équipe a pu mettre un visage, et parfois un nom, sur les pseudonymes de plusieurs soldats russes recherchés pour crimes de guerre… et contacter certains d’entre eux.

La plus grande opération de recueil de preuves lancée par la CPI

Dans la banlieue de Kiev, les caméras de "Complément d’enquête" ont filmé le travail éprouvant des experts de l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN). Identification des corps, expertise balistique, analyses ADN, la France les a dépêchés sur place pour aider la justice ukrainienne.

A La Haye, les magistrats de la Cour pénale internationale ont missionné 42 enquêteurs en Ukraine, la plus grande opération de recueil de preuves jamais lancée par la CPI. Généraux, ministres ou chefs d’Etat, à quel niveau de responsabilité la justice internationale peut-elle remonter ? De telles procédures ont-elles une chance d’aboutir un jour ?

Une enquête de Louis Milano-Dupont, Julien Cholin, Guillaume Couderc et Olivier Broutin. 

La rédaction de "Complément d'enquête" vous invite à commenter l'émission sur Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #ComplementDenquete.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Parmi nos sources

- Le rapport de décembre 2020 de la CPI (en anglais) à l'issue des examens préliminaires (situation en Ukraine examinée à partir de la p. 69).

- Le rapport de l'OHCHR sur les pertes civiles, actualisé très régulièrement (en anglais)

- Le rapport de l'OSCE sur les violations des droits de l'homme en Ukraine (au 13 avril 2022) où il est notamment question du bombardement de la maternité de Marioupol (en anglais)

- Le site du SSA (Surveillance system for attacks on healthcare) de l'OMS, qui recense les attaques contre le personnel et les établissements médicaux (en anglais).

- Le site de la commission d’enquête de la Fédération de Russie (en anglais ou russe).

- Le site des services de renseignement du ministère de la Défense ukrainien (en anglais)

- Le rapport de Human Rights Watch sur les bombardements de Tchernihiv

- La carte interactive du CIR (Centre for Information Resilience). Le CIR travaille avec Bellingcat, GeoConfirmed, Conflict Intelligence Team, Advance Democracy et la communauté open source pour cartographier, documenter, archiver et enquêter sur ce qui se passe en Ukraine. 

- L'article de FranceInfo "Vrai ou Fake : des prisonniers russes ont-ils été torturés par l’armée ukrainienne ?"

Liste non exhaustive.

Vous êtes à nouveau en ligne